Une équipe de chercheurs d'IBM, de l'University of Waterloo et de l'Université Technique de Munich ont publié les résultats d'une expérience par laquelle ils veulent démontrer que les ordinateurs quantiques peuvent effectuer des traitements que les systèmes classiques ne peuvent faire. Ce serait l'une des première fois que la puissance et surtout l'avantage des ordinateurs quantiques seraient vraiment démontrés.

Les ordinateurs quantiques représentent une nouvelle tendance montante en technologie informatique. Alors que les ordinateurs classiques fonctionnent avec des bits binaires actifs (1) ou non (0), les ordinateurs quantiques utilisent des 'quantum bits' ou 'qubits', qui n'ont rien à voir avec tous ces statuts binaires et qui peuvent donc en tout temps être tant actifs qu'inactifs. Les chercheurs en IT espèrent que cette technologie leur permettra d'enregistrer d'importants progrès dans l'exécution plus rapide de calculs complexes.

Jusqu'à présent, il n'existait encore aucune preuve que ces ordinateurs quantiques étaient vraiment supérieurs aux ordinateurs classiques. Selon ce rapport, cette preuve existe à présent bel et bien. "Nos résultats démontrent que le traitement quantique de l'information offre réellement des avantages", affirme Robert Konig, l'un des auteurs du rapport, à Phys.org.

Cette preuve prend la forme d'un circuit quantique, qui résout une formule d'algèbre complexe en utilisant les propriétés de puces quantiques (où des éléments peuvent se situer en deux endroits en même temps). La manière dont les chercheurs s'y sont pris, se trouve ici dans leur rapport.

Comme c'est souvent le cas dans une recherche se trouvant en phase précoce, les résultats sont encore très limités. La preuve concerne un cas très précis, où un circuit quantique s'avère meilleur qu'un circuit classique pour résoudre une formule spécifique. Cela ne signifie cependant pas encore - et de loin - que les ordinateurs quantiques sont aussi plus performants en analyse de données par exemple.

Le rapport n'en constitue pas moins un incitant pour IBM, qui a été l'une des premières à lancer un ordinateur quantique public opérationnel et qui a aussi collaboré à cette recherche. Pour Bob Sutor, vp chez IBM Q Strategy & Ecosystem, une recherche telle que celle-ci représente déjà un premier pas vers une consolidation.