HarmonyOS n'est donc pas complètement nouveau. Voilà qui explique pourquoi la version finalisée et accélérée du système d'exploitation - la première s'adressant au grand public - s'appelle HarmonyOS 2. Il est également erroné de penser que le système a été développé spécifiquement pour les smartphones et les tablettes.

'Au contraire', explique Erwin Van der Weerden, marketing director Belgium-Luxemburg chez Huawei. 'HarmonyOS a été dès le départ conçu comme le single OS pour plusieurs appareils et pour l'interaction entre ceux-ci.' C'est ainsi que le système d'exploitation pourra piloter tout aussi bien un four à micro-ondes qu'une balance intelligente ou qu'un smartphone, un ordinateur portable ou un moniteur. 'HarmonyOS peut en outre déjà tourner sur des appareils n'intégrant que 128 Ko de mémoire, ce qui le différencie nettement d'Android par exemple', précise Van der Weerden.

'Super device'

A terme, Huawei entend transformer sa nouvelle plate-forme en un 'hub' (concentrateur) reliant toutes sortes d'appareils allant d'écouteurs à des voitures intelligentes. Dans pareil scénario, les gadgets connectés devront pouvoir être combinés à ce qu'Huawei appelle un super device. Un atout, c'est que les applis pour tous ces appareils ne devront bientôt plus être développées qu'une seule fois. Ce sera tout profit pour les développeurs qui devraient ainsi s'intéresser de plus près à cette plate-forme.

Conjointement avec HarmonyOS 2, l'entreprise a aussi dévoilé hier mercredi son premier appareil tournant sur le nouveau système d'exploitation: l'Huawei Watch 3. Il ne reste plus qu'à attendre le premier smartphone d'Huawei intégrant HarmonyOS, de sorte que l'entreprise puisse enfin concurrencer le fabricant de l'iPhone, Apple, ainsi que les nombreux producteurs qui peuvent encore installer sans problème Android et les applis de Google sur leurs téléphones et tablettes, comme c'est le cas par exemple de Samsung, OnePlus, Sony, Xiaomi et Oppo.

Pour ce qui est du timing de sortie de ce genre de smartphone, Huawei n'a pas souhaité faire de commentaires hier mercredi.

HarmonyOS n'est donc pas complètement nouveau. Voilà qui explique pourquoi la version finalisée et accélérée du système d'exploitation - la première s'adressant au grand public - s'appelle HarmonyOS 2. Il est également erroné de penser que le système a été développé spécifiquement pour les smartphones et les tablettes.'Au contraire', explique Erwin Van der Weerden, marketing director Belgium-Luxemburg chez Huawei. 'HarmonyOS a été dès le départ conçu comme le single OS pour plusieurs appareils et pour l'interaction entre ceux-ci.' C'est ainsi que le système d'exploitation pourra piloter tout aussi bien un four à micro-ondes qu'une balance intelligente ou qu'un smartphone, un ordinateur portable ou un moniteur. 'HarmonyOS peut en outre déjà tourner sur des appareils n'intégrant que 128 Ko de mémoire, ce qui le différencie nettement d'Android par exemple', précise Van der Weerden.A terme, Huawei entend transformer sa nouvelle plate-forme en un 'hub' (concentrateur) reliant toutes sortes d'appareils allant d'écouteurs à des voitures intelligentes. Dans pareil scénario, les gadgets connectés devront pouvoir être combinés à ce qu'Huawei appelle un super device. Un atout, c'est que les applis pour tous ces appareils ne devront bientôt plus être développées qu'une seule fois. Ce sera tout profit pour les développeurs qui devraient ainsi s'intéresser de plus près à cette plate-forme.Conjointement avec HarmonyOS 2, l'entreprise a aussi dévoilé hier mercredi son premier appareil tournant sur le nouveau système d'exploitation: l'Huawei Watch 3. Il ne reste plus qu'à attendre le premier smartphone d'Huawei intégrant HarmonyOS, de sorte que l'entreprise puisse enfin concurrencer le fabricant de l'iPhone, Apple, ainsi que les nombreux producteurs qui peuvent encore installer sans problème Android et les applis de Google sur leurs téléphones et tablettes, comme c'est le cas par exemple de Samsung, OnePlus, Sony, Xiaomi et Oppo.Pour ce qui est du timing de sortie de ce genre de smartphone, Huawei n'a pas souhaité faire de commentaires hier mercredi.