Ces dernières semaines, Xerox a mis la pression sur la direction de HP, notamment en revoyant à la hausse son offre précédente, en offrant des garanties financières, en organisant un diner pour les actionnaires de HP et en présentant de nouveaux membres pour le conseil d'administration de HP. Fin février, le directeur de HP, Enrique Lores, a réagi en proposant un plan promettant aux actionnaires de l'entreprise une croissance substantielle en valeur durant les trois prochaines années.

Le rachat d'actions propres pour un montant de 15 milliards de dollars devrait compliquer une reprise par des acteurs externes. Dans ce même plan, Lores rejette d'un revers de la main la dernière proposition de Xerox: 'L'estimation mutuelle est incohérente, la structure financière est irresponsable et les avantages synergétiques sont surestimés.'

Par ailleurs, le journal d'affaires Financial Times n'exclut pas dans une analyse portant sur cette lutte pour le rachat que le CEO de Xerox, John Visentin, ait provoqué sciemment cet affrontement en forçant HP, au moyen d'une tactique agressive, à reprendre les négociations ratées de l'année dernière et à émettre à son tour une offre sur Xerox.

Ces dernières semaines, Xerox a mis la pression sur la direction de HP, notamment en revoyant à la hausse son offre précédente, en offrant des garanties financières, en organisant un diner pour les actionnaires de HP et en présentant de nouveaux membres pour le conseil d'administration de HP. Fin février, le directeur de HP, Enrique Lores, a réagi en proposant un plan promettant aux actionnaires de l'entreprise une croissance substantielle en valeur durant les trois prochaines années.Le rachat d'actions propres pour un montant de 15 milliards de dollars devrait compliquer une reprise par des acteurs externes. Dans ce même plan, Lores rejette d'un revers de la main la dernière proposition de Xerox: 'L'estimation mutuelle est incohérente, la structure financière est irresponsable et les avantages synergétiques sont surestimés.'Par ailleurs, le journal d'affaires Financial Times n'exclut pas dans une analyse portant sur cette lutte pour le rachat que le CEO de Xerox, John Visentin, ait provoqué sciemment cet affrontement en forçant HP, au moyen d'une tactique agressive, à reprendre les négociations ratées de l'année dernière et à émettre à son tour une offre sur Xerox.