C'est la deuxième fois que startups.be et scale-ups.eu organisent The Big Squeeze. Les deux organisations soutiennent les jeunes entreprises, mais aussi celles qui ont déjà accompli un petit bout de chemin. En attribuant ces prix, elles mettent à l'honneur de petites firmes belges d'exception.

Helpper a cette année été récompensée dans la catégorie Startup of the Year. La plate-forme de partage créée pour regrouper les personnes nécessitant des soins et celles désireuses de les aider, l'a emporté face à la plate-forme de chaîne de blocs Keyrock, l'entreprise d'analytique marketing cumul.io, le spécialiste en broadcast CyanView et la firme de marketing d'influenceurs Adshot.

Helpper est une plate-forme en ligne qui associe demandeurs de soins et assistants, souvent des bénévoles proches, prêts à les aider dans leurs tâches quotidiennes. Il peut par exemple s'agir d'effectuer pour eux des achats dans un supermarché ou de les amener à un rendez-vous médical. Ces dernières années, la petite entreprise s'est étendue d'Anvers et de Gand vers Bruxelles. Elle a ouvert gratuitement sa plate-forme aux bénévoles et aux personnes nécessitant des soins et a mis cette année aussi en place une ligne d'assistance pour les prestataires de soins, tels le personnel médical. "2019 a été l'année la plus bizarre, mais également la plus fascinante de ma carrière, parce que nous nous sommes chargés de regrouper des personnes issues souvent de groupes à risque", déclare François Gérard, CEO d'Helpper. "Par ailleurs, il n'a jamais été aussi aisé de démarrer de nouveaux partenariats, parce que c'était plus que nécessaire en raison de la crise." En cette année 2020 spéciale, il est tout à fait logique qu'Helpper soit récompensée comme elle le mérite.

La deuxième catégorie est la Scale-up of the Year, un prix récompensant une entreprise possédant déjà un vécu. Ici, c'est Robovision qui l'a emporté, un pionnier AI qui propose une plate-forme de formation de l'intelligence artificielle. L'entreprise belge se distingue surtout dans la fabrication et l'agriculture, où son AI est notamment utilisée pour contrôler les semis. "Nous aidons les grandes et petites firmes à créer une intelligence artificielle, mais aussi à en assurer la maintenance et la poursuite de la formation", explique Jonathan Berthe, CEO de Robovision.

Disruption et étudiants

Outre les deux catégories susmentionnées, un prix est aussi remis à la Disruptive Innovation of the Year. Il a été attribué à Smartyard, la plate-forme de location en ligne de matériel de chantier. L'entreprise fait pour, disons, les tractopelles ce qu'on fait depuis assez longtemps déjà avec quasiment l'ensemble des produits à la consommation: trouver rapidement en ligne ce dont on a besoin. Les firmes de construction peuvent sur la plate-forme en ligne de la jeune pousse rechercher quasiment toutes les machines utilisées sur un chantier: des grues jusqu'aux rouleaux compresseurs, ce qui est unique dans le secteur. "C'est l'un des secteurs où il y a encore pas mal de progrès à réaliser grâce à la numérisation, surtout en gain de temps", précise Yannick Renier, CEO de Smartyard.

Et puis, il y a encore Bubbly Doo, qui a remporté le prix de la Student Startup of the Year. Bubbly Doo produit des livres personnalisés pour enfants, où il est possible de choisir parmi des milliers d'options. La petite entreprise a clôturé sa première phase de capitalisation, avant même que son fondateur, Toine Habets, ait décroché son diplôme. "Etre étudiant, c'est le moment idéal pour démarrer une entreprise", avoue-t-il à Data News. "On court rarement moins de risque, parce qu'on n'a généralement encore que relativement peu de responsabilités et que souvent, on dispose de pas mal de temps entre les examens. J'admets cependant que ce n'est pas le cas de chaque étudiant. On est en outre entouré par des jeunes talents. C'est agréable de rencontrer quelqu'un sur la Grand-Place, de discuter pour en arriver à la conclusion qu'il/elle s'intégrerait parfaitement dans l'équipe en place." Avec un team composé de plusieurs étudiants et de néo-diplômés, Bubbly Doo a entre-temps étendu son marché de la Flandre et des Pays-Bas à l'Allemagne, et prépare activement sa gamme de livres.

Lors de l'événement The Big Squeeze, d'abord planifié en mars, puis postposé en un congrès en ligne en novembre, les entrepreneurs ont l'opportunité de s'interconnecter, de poser leurs questions à des experts et à assister à des présentations. Pour chaque catégorie de prix, le jury professionnel a composé une liste de cinq ou trois entreprises, après quoi le lauréat a été déterminé par un vote en ligne de la part du grand public.

C'est la deuxième fois que startups.be et scale-ups.eu organisent The Big Squeeze. Les deux organisations soutiennent les jeunes entreprises, mais aussi celles qui ont déjà accompli un petit bout de chemin. En attribuant ces prix, elles mettent à l'honneur de petites firmes belges d'exception.Helpper a cette année été récompensée dans la catégorie Startup of the Year. La plate-forme de partage créée pour regrouper les personnes nécessitant des soins et celles désireuses de les aider, l'a emporté face à la plate-forme de chaîne de blocs Keyrock, l'entreprise d'analytique marketing cumul.io, le spécialiste en broadcast CyanView et la firme de marketing d'influenceurs Adshot.Helpper est une plate-forme en ligne qui associe demandeurs de soins et assistants, souvent des bénévoles proches, prêts à les aider dans leurs tâches quotidiennes. Il peut par exemple s'agir d'effectuer pour eux des achats dans un supermarché ou de les amener à un rendez-vous médical. Ces dernières années, la petite entreprise s'est étendue d'Anvers et de Gand vers Bruxelles. Elle a ouvert gratuitement sa plate-forme aux bénévoles et aux personnes nécessitant des soins et a mis cette année aussi en place une ligne d'assistance pour les prestataires de soins, tels le personnel médical. "2019 a été l'année la plus bizarre, mais également la plus fascinante de ma carrière, parce que nous nous sommes chargés de regrouper des personnes issues souvent de groupes à risque", déclare François Gérard, CEO d'Helpper. "Par ailleurs, il n'a jamais été aussi aisé de démarrer de nouveaux partenariats, parce que c'était plus que nécessaire en raison de la crise." En cette année 2020 spéciale, il est tout à fait logique qu'Helpper soit récompensée comme elle le mérite.La deuxième catégorie est la Scale-up of the Year, un prix récompensant une entreprise possédant déjà un vécu. Ici, c'est Robovision qui l'a emporté, un pionnier AI qui propose une plate-forme de formation de l'intelligence artificielle. L'entreprise belge se distingue surtout dans la fabrication et l'agriculture, où son AI est notamment utilisée pour contrôler les semis. "Nous aidons les grandes et petites firmes à créer une intelligence artificielle, mais aussi à en assurer la maintenance et la poursuite de la formation", explique Jonathan Berthe, CEO de Robovision.Disruption et étudiantsOutre les deux catégories susmentionnées, un prix est aussi remis à la Disruptive Innovation of the Year. Il a été attribué à Smartyard, la plate-forme de location en ligne de matériel de chantier. L'entreprise fait pour, disons, les tractopelles ce qu'on fait depuis assez longtemps déjà avec quasiment l'ensemble des produits à la consommation: trouver rapidement en ligne ce dont on a besoin. Les firmes de construction peuvent sur la plate-forme en ligne de la jeune pousse rechercher quasiment toutes les machines utilisées sur un chantier: des grues jusqu'aux rouleaux compresseurs, ce qui est unique dans le secteur. "C'est l'un des secteurs où il y a encore pas mal de progrès à réaliser grâce à la numérisation, surtout en gain de temps", précise Yannick Renier, CEO de Smartyard.Et puis, il y a encore Bubbly Doo, qui a remporté le prix de la Student Startup of the Year. Bubbly Doo produit des livres personnalisés pour enfants, où il est possible de choisir parmi des milliers d'options. La petite entreprise a clôturé sa première phase de capitalisation, avant même que son fondateur, Toine Habets, ait décroché son diplôme. "Etre étudiant, c'est le moment idéal pour démarrer une entreprise", avoue-t-il à Data News. "On court rarement moins de risque, parce qu'on n'a généralement encore que relativement peu de responsabilités et que souvent, on dispose de pas mal de temps entre les examens. J'admets cependant que ce n'est pas le cas de chaque étudiant. On est en outre entouré par des jeunes talents. C'est agréable de rencontrer quelqu'un sur la Grand-Place, de discuter pour en arriver à la conclusion qu'il/elle s'intégrerait parfaitement dans l'équipe en place." Avec un team composé de plusieurs étudiants et de néo-diplômés, Bubbly Doo a entre-temps étendu son marché de la Flandre et des Pays-Bas à l'Allemagne, et prépare activement sa gamme de livres.Lors de l'événement The Big Squeeze, d'abord planifié en mars, puis postposé en un congrès en ligne en novembre, les entrepreneurs ont l'opportunité de s'interconnecter, de poser leurs questions à des experts et à assister à des présentations. Pour chaque catégorie de prix, le jury professionnel a composé une liste de cinq ou trois entreprises, après quoi le lauréat a été déterminé par un vote en ligne de la part du grand public.