Graphine ne crée elle-même pas de jeux, mais fournit du middleware permettant de reproduire des textures à haute résolution, sans besoin d'une énorme puissance de calcul ou d'espace de stockage. Le truc consiste en un chargement progressif ce qui permet de ne rapatrier juste à temps que les textures présentes dans l'image.

En octobre dernier, nous écrivions que l'entreprise avait vendu sa technologie notamment au développeur polonais du jeu Get Even. Mais Graphene voit plus loin que les jeux à l'écran. Désormais, elle crée avec ses images Granite SDK des environnements de réalité virtuelle et ce, en 4K et à 90 frames par seconde, ce qui devrait se traduire par une image très réaliste.

La technologie va être présentée directement au monde entier, même si vous devrez pour ce faire vous rendre à la Game Developers Conference de San Francisco (4-6 mars). La technologie y fera partie de la démo du développeur de software VR Nurulize, qui y présentera son Rise VR DK2.

Graphine ne crée elle-même pas de jeux, mais fournit du middleware permettant de reproduire des textures à haute résolution, sans besoin d'une énorme puissance de calcul ou d'espace de stockage. Le truc consiste en un chargement progressif ce qui permet de ne rapatrier juste à temps que les textures présentes dans l'image.En octobre dernier, nous écrivions que l'entreprise avait vendu sa technologie notamment au développeur polonais du jeu Get Even. Mais Graphene voit plus loin que les jeux à l'écran. Désormais, elle crée avec ses images Granite SDK des environnements de réalité virtuelle et ce, en 4K et à 90 frames par seconde, ce qui devrait se traduire par une image très réaliste. La technologie va être présentée directement au monde entier, même si vous devrez pour ce faire vous rendre à la Game Developers Conference de San Francisco (4-6 mars). La technologie y fera partie de la démo du développeur de software VR Nurulize, qui y présentera son Rise VR DK2.