Les services payants et privés de Github ne sont plus accessibles aux utilisateurs des pays qui tombent sous le coup des restrictions commerciales imposées par les Etats-Unis, dont l'Iran, la Syrie, Cuba, la Corée du Nord et la Crimée. La plate-forme de développement entend ainsi respecter la loi américaine, qui interdit aux entreprises de commercer avec ces pays. D'autres services, tels Slack, avaient précédemment déjà pris une décision similaire. La partie open source de Github reste cependant disponible à tout un chacun.

Tout comme Slack, Github fait l'objet de critiques, parce qu'elle n'a pas averti du blocage et n'a pas offert la possibilité de réaliser des sauvegardes. Plusieurs équipes de développeurs ne peuvent désormais plus collaborer avec quelques-uns de leurs collaborateurs.

Github semble se baser sur l'adresse IP et les données de paiement pour décider quels utilisateurs sont bloqués. Les personnes ainsi grugées peuvent contester la décision au moyen d'un formulaire reprenant entre autres une copie de la carte d'identité et un selfie. Ce serait la première fois que Github contrôlerait l'identité de ses utilisateurs.