Cette décision de Facebook succède à une plainte déposée par Martin Lewis, un présentateur-vedette de la TV britannique, parce que le réseau social affichait des annonces, dans lesquelles il recommandait des méthodes d'enrichissement rapide. Il est entre autres question ici de plates-formes de traitement de crypto-monnaies.

Facebook déclare à présent qu'elle va lancer un outil, uniquement en Grande-Bretagne, permettant aux gens de dénoncer ce genre d'escroquerie. L'entreprise offrira aussi de l'argent à une organisation venant en aide aux victimes. En échange, Lewis renoncera à sa plainte.

En Belgique aussi

Chez Facebook, on déclare que cet outil, s'il s'avère être un succès, sera introduit aussi ailleurs. Il ne s'agira du reste pas là d'un luxe superflu, étant donné que des annonces trompeuses et frauduleuses apparaissent sur Facebook dans le monde entier, y compris en Belgique

En décembre dernier, la famille Planckaert avait ainsi annoncé qu'elle se tournerait vers la Justice, après que le visage de l'ex-coureur cycliste Eddy Planckaert ait été abusé pour de la publicité sur Facebook à propos d'une plate-forme bitcoin. Le visage de l'acteur Matthias Schoenaerts est lui aussi apparu dans des annonces de ce genre.

Quand on cliquait dessus, on aboutissait notamment sur un faux site d'actualité promotionnant 'Crypto Revolt'. On y affirmait que des Flamands connus venaient témoigner dans le studio de Kanaal Z (Canal Z flamand), ce qui incita le présentateur à y investir. Or toute cette histoire était montée de toutes pièces. Les personnes en question ne sont jamais venues dans le studio, et Kanaal Z n'a jamais consacré d'article à cette entreprise frauduleuse. La station a dès lors aussitôt lancé une mise en garde contre cette fraude.

. © .

Facebook a qualifié elle-même de légitime de la pub frauduleuse

Détail important: Facebook admet qu'elle réagit trop lentement à ce genre d'abus et entend à présent avec son outil améliorer les choses en Grande-Bretagne. Néanmoins, il est aujourd'hui déjà possible de dénoncer ce type de publicité.

Après avoir pris contact avec Kanaal-Z, nous avons appris que plusieurs personnes avaient fait rapport de publicités belges frauduleuses, mais qu'à chaque fois, Facebook leur avait assuré qu'elles n'enfreignaient pas ses règles. Le réseau social a donc sciemment qualifié de légitimes ce genre d'annonces de promotion et ce, malgré les plaintes déposées par divers utilisateurs.