La percée en question est due à une étude de l'université de Californie à San Francisco, qui a été parrainée par le géant technologique. Des neuro-chercheurs y tentent, avec l'aide de l'apprentissage machine, de concevoir un algorithme qui convertit l'activité cérébrale en voix ou texte. Facebook espère ainsi mettre finalement au point un appareil portable capable de traiter jusqu'à cents mots à la minute.
...