Selon la firme de médias sociaux, le CMA 'devrait se montrer très circonspect en qualifiant' la transaction de vente forcée d'une plate-forme telle Giphy. Facebook insiste sur le fait que Giphy n'a aucune activité en Grande-Bretagne, même si le service y est néanmoins disponible. La firme américaine se demande aussi si le contrôleur britannique a le droit d'exiger le désengagement d'une entreprise.

Proposition rejetée

Facebook s'oppose depuis plus d'un an déjà au CMA à propos du rachat de Giphy l'année dernière pour 400 millions de dollars (339 millions d'euros). Pour cette opération, l'entreprise de Mark Zuckerberg n'avait pas sollicité une autorisation de la part des contrôleurs tant en Grande-Bretagne qu'à l'international. En mars, le CMA avait rejeté une proposition de Facebook, par laquelle la bibliothèque de Giphy resterait cinq années durant disponible pour tout un chacun aux mêmes conditions qu'avant le rachat.

Lisez aussi: Facebook pourrait devoir revendre sa mine d'or gif Giphy

Via Giphy, les utilisateurs peuvent rechercher aisément des animations gif drôles avec lesquelles ils agrémentent leurs conversations de chat ou leurs messages sur les médias sociaux. Il s'agit là de vidéos relativement simples ou de séries d'illustrations qui se répètent continuellement. Au début d'internet, elles ornaient de nombreux sites web, mais elles tombèrent ensuite en désuétude. Avec la percée des médias sociaux, elles sont à présent de nouveau populaires.

Selon la firme de médias sociaux, le CMA 'devrait se montrer très circonspect en qualifiant' la transaction de vente forcée d'une plate-forme telle Giphy. Facebook insiste sur le fait que Giphy n'a aucune activité en Grande-Bretagne, même si le service y est néanmoins disponible. La firme américaine se demande aussi si le contrôleur britannique a le droit d'exiger le désengagement d'une entreprise.Facebook s'oppose depuis plus d'un an déjà au CMA à propos du rachat de Giphy l'année dernière pour 400 millions de dollars (339 millions d'euros). Pour cette opération, l'entreprise de Mark Zuckerberg n'avait pas sollicité une autorisation de la part des contrôleurs tant en Grande-Bretagne qu'à l'international. En mars, le CMA avait rejeté une proposition de Facebook, par laquelle la bibliothèque de Giphy resterait cinq années durant disponible pour tout un chacun aux mêmes conditions qu'avant le rachat.Lisez aussi: Facebook pourrait devoir revendre sa mine d'or gif GiphyVia Giphy, les utilisateurs peuvent rechercher aisément des animations gif drôles avec lesquelles ils agrémentent leurs conversations de chat ou leurs messages sur les médias sociaux. Il s'agit là de vidéos relativement simples ou de séries d'illustrations qui se répètent continuellement. Au début d'internet, elles ornaient de nombreux sites web, mais elles tombèrent ensuite en désuétude. Avec la percée des médias sociaux, elles sont à présent de nouveau populaires.