Dans le combat juridique de longue haleine qui oppose Apple à l'éditeur de jeux Epic Games, un juge américain a rejeté quelques demandes reconventionnelles. Les deux entreprises se livrent depuis août une intense bataille, après qu'Epic ait introduit un système de paiement bien à lui dans le jeu incroyablement populaire Fortnite. Cette action contrevient cependant aux règles de l'iOS App Store, parce qu'elle contourne la commission qu'Apple prélève sur les paiements dans son système. Fortnite a été par conséquent exclu de l'App Store (mais aussi du Play Store de Google, qui exploite un système similaire à celui d'Apple), ce qui a incité Epic à intenter un procès à l'encontre d'Apple. Cette dernière a ensuite introduit un tas de demandes reconventionnelles.

Tout cela progresse lentement à travers le système juridique américain. Entre-temps, quelques-unes des demandes reconventionnelles d'Apple ont été rejetées. C'est ainsi qu'Apple réclamait des dommages et intérêts du fait qu'Epic aurait, selon elle, sciemment commis des vols avec son propre système de paiement. Tel n'est pas le cas, selon le juge, qui indique qu'il n'y a pas la moindre preuve qu'il en ait été ainsi.

Ce procès s'est donc terminé en faveur d'Epic Games, mais rien n'est encore décidé sur le fond du litige. Epic Games estime abusive une commission de 30 pour cent pour pouvoir utiliser la plate-forme iOS. Elle accuse en outre Apple de pratiques monopolistiques, parce qu'il n'existe aucune alternative à l'App Store. Elle a par ailleurs et pour les mêmes raisons intenté un autre procès à Google.

Dans une procédure en référé opposant Apple à Epic, il avait précédemment déjà été décidé qu'Apple avait le droit d'exclure Fortnite, mais qu'elle ne pouvait pas retirer à Epic Games sa licence de développeur.

Dans le combat juridique de longue haleine qui oppose Apple à l'éditeur de jeux Epic Games, un juge américain a rejeté quelques demandes reconventionnelles. Les deux entreprises se livrent depuis août une intense bataille, après qu'Epic ait introduit un système de paiement bien à lui dans le jeu incroyablement populaire Fortnite. Cette action contrevient cependant aux règles de l'iOS App Store, parce qu'elle contourne la commission qu'Apple prélève sur les paiements dans son système. Fortnite a été par conséquent exclu de l'App Store (mais aussi du Play Store de Google, qui exploite un système similaire à celui d'Apple), ce qui a incité Epic à intenter un procès à l'encontre d'Apple. Cette dernière a ensuite introduit un tas de demandes reconventionnelles.Tout cela progresse lentement à travers le système juridique américain. Entre-temps, quelques-unes des demandes reconventionnelles d'Apple ont été rejetées. C'est ainsi qu'Apple réclamait des dommages et intérêts du fait qu'Epic aurait, selon elle, sciemment commis des vols avec son propre système de paiement. Tel n'est pas le cas, selon le juge, qui indique qu'il n'y a pas la moindre preuve qu'il en ait été ainsi.Ce procès s'est donc terminé en faveur d'Epic Games, mais rien n'est encore décidé sur le fond du litige. Epic Games estime abusive une commission de 30 pour cent pour pouvoir utiliser la plate-forme iOS. Elle accuse en outre Apple de pratiques monopolistiques, parce qu'il n'existe aucune alternative à l'App Store. Elle a par ailleurs et pour les mêmes raisons intenté un autre procès à Google.Dans une procédure en référé opposant Apple à Epic, il avait précédemment déjà été décidé qu'Apple avait le droit d'exclure Fortnite, mais qu'elle ne pouvait pas retirer à Epic Games sa licence de développeur.