Clarida Technologies a été créée en 2016 par Robin Poelmans et son neveu, Jonas Poelmans. La startup a opté pour un trajet quelque peu atypique en ne se focalisant pas sur un problème spécifique dans un secteur déterminé. Le logiciel mis au point par Clarida analyse une grande quantité de données non-structurées et est utilisé tant par des hôpitaux, des institutions financières que par des services de police. Le fait que la valeur de cette jeune entreprise soit reconnue, a été souligné il y a un an et demi déjà, lorsqu'elle parvint à vendre 5 pour cent de ses actions pour 5 millions d'euros.

Les deux Limbourgeois expatriés à Londres entendent aussi utiliser leur technologie pour améliorer le monde. L'année dernière, ils avaient déjà mis leur logiciel d'analyse de données gratuitement à disposition de l'Institute of Cancer Research londonien. A présent, ils veulent également le proposer gratuitement aux services de police luttant contre la traite des êtres humains.

"J'en ai assez de voir échouer des initiatives coûteuses", déclare Robin Poelmans. "En même temps, les services de police manquent de moyens, et les adjudications publiques se passent trop lentement, ce qui fait que cela prend trop de temps, avant que la nouvelle technologie puisse être utilisée. Voilà pourquoi nous avons décidé de mettre notre logiciel, dont le développement a pris neuf ans, gratuitement à disposition", affirme le CEO de Clarida.

"Chaque année, ce sont des millions de femmes et d'enfants innocents qui sont la proie de trafiquants d'être humains. En tant que dirigeants d'une entreprise, qui possède un logiciel d'analyse de données et l'intelligence artificielle requise, c'est notre devoir moral que d'aider à résoudre ce problème", ajoute son neveu, Jonas Poelmans.

Avec la bénédiction du Vatican

"Il s'agit là d'une initiative à l'échelle mondiale. Chaque unité de service de police, de service de renseignements ou de défense, qui s'occupe de combattre la traite des êtres humains et le terrorisme, pourra solliciter gratuitement notre logiciel", prétend Robin Poelmans.

Voilà ce qu'il a annoncé lors d'une conférence consacrée à la durabilité, organisée au Vatican. Sanchez Sorondo, le chancelier de l'Académie pontificale des sciences, a apporté son soutien à l'initiative. "Cela peut être une solution contre la traite des êtres humains, qui est qualifiée par le Pape François de crime contre l'humanité et de plaie causée par la globalisation de l'indifférence", a conclu Sorondo.