Lors de la réunion, qui pouvait être suivie en direct au sein de Microsoft, 100 à 150 collaboratrices avaient répondu présent. Elles ont demandé au PDG Nadella, ainsi qu'à la responsable des relations humaines, Kathleen Hogan, de mettre tout en oeuvre pour combattre la façon dont les femmes sont traitées dans l'entreprise.

La raison de la réunion résidait, selon Wired, dans un courriel diffusé parmi le personnel féminin. Une employée y signalait que malgré le soutien de son manager et de ses collègues, elle n'avait pu obtenir une promotion. Cette histoire engendra un grand nombre de réactions allant dans le même sens, mais aussi des témoignages de sexisme flagrant, voire pires encore.

L'une des histoires découvertes par Wired est celle d'une employée menacée de mort par un homologue d'une firme partenaire de Microsoft lors d'un voyage d'affaires, si elle n'acceptait pas certaines pratiques sexuelles. Lorsqu'elle dénonça la situation en interne, on la ridiculisa en invoquant un flirt banal. Et quand l'employée demanda de pouvoir travailler ailleurs, afin de ne plus être en contact avec l'homme en question, on lui signifia qu'il lui était impossible d'encore exécuter son travail et qu'elle disposait de deux mois pour trouver elle-même une autre fonction sous peine d'être purement et simplement licenciée.

Ces derniers jours, Hogan avait signalé via les groupes de communication internes qu'elle réprouvait ce genre de comportement au sein de Microsoft et que l'entreprise voulait absolument les réprimer. Nadella en personne avait indiqué qu'il voulait s'impliquer dans cette problématique. La réaction d'Hogan, l'entreprise l'a entre-temps aussi communiquée formellement à CNET. "Ce genre de comportement nous choque et nous attriste. Il est douloureux d'entendre de tels témoignages et de prendre conscience de telles attitudes, qui n'ont pas leur place chez Microsoft. Nous devons faire tous des efforts", a précisé Hogan.

Microsoft n'est - et de loin - pas la première entreprise, où le sexisme pose problème. En 2017, ce thème fut aussi mis à l'agenda chez Google, après qu'un employé ait posté un message à caractère très sexiste sur un blog interne, avant d'être licencié. Uber a ces dernières années également connu un grave problème du genre. Mais la problématique du sexisme dans la Silicon Valley remonte en fait à nettement plus longtemps et touche beaucoup plus que quelques grandes entreprises.