Michael Dell, fondateur et CEO de Dell Technologies, déclare dans une interview accordée au journal allemand Handelsblatt ne pas s'attendre à ce que la carence de puces se termine rapidement. 'La pénurie subsistera probablement quelques années encore', dit-il. 'Même si on bâtit de nouvelles usines de par le monde, cela prendra du temps.'

Il fait observer que le problème touche l'ensemble du secteur, mais que ce sont surtout les anciennes puces bon marché qui connaissent des difficultés. 'Il s'agit de composants valant un dollar, qui sont utilisés quasiment partout. Mais même la technologie plus récente pose problème.'

Dell est le troisième plus grand fabricant d'ordinateurs au monde. L'entreprise possède notamment des usines européennes en Pologne et en Irlande. Dans l'interview accordée, il salue aussi l'ambition européenne d'accroître la production de puces au sein de l'UE. 'Ce serait formidable de construire une usine à puces en Allemagne', affirme-t-il au journal allemand.

Nombreux obstacles, fortes pénuries

Le manque de puces à l'échelle mondiale est dû à un concours de circonstances. Le facteur principal semble être le fait que de nombreux fabricants d'appareils s'attendaient à un recul de la demande en raison de la crise du corona, ce qui entraîna une diminution de la production chez leurs fournisseurs (les fondeurs de puces). Mais contre toute attente, la demande n'a fait que croître.

Parmi les autres facteurs déterminants, citons les sanctions commerciales américaines à l'encontre d'entreprises chinoises, les pannes électriques au Texas, qui provoquèrent des problèmes de production chez Samsung notamment, ainsi que la sécheresse à Taïwan, qui a rendu la vie difficile à TSMC qui produit plus de la moitié de l'ensemble des puces mondiales. Mais des acteurs moins connus tels le japonais Renesas, qui fabrique surtout des puces pour le secteur automobile, ont connu des difficultés, en l'occurrence ici à cause de l'incendie dans une usine.

Michael Dell, fondateur et CEO de Dell Technologies, déclare dans une interview accordée au journal allemand Handelsblatt ne pas s'attendre à ce que la carence de puces se termine rapidement. 'La pénurie subsistera probablement quelques années encore', dit-il. 'Même si on bâtit de nouvelles usines de par le monde, cela prendra du temps.'Il fait observer que le problème touche l'ensemble du secteur, mais que ce sont surtout les anciennes puces bon marché qui connaissent des difficultés. 'Il s'agit de composants valant un dollar, qui sont utilisés quasiment partout. Mais même la technologie plus récente pose problème.'Dell est le troisième plus grand fabricant d'ordinateurs au monde. L'entreprise possède notamment des usines européennes en Pologne et en Irlande. Dans l'interview accordée, il salue aussi l'ambition européenne d'accroître la production de puces au sein de l'UE. 'Ce serait formidable de construire une usine à puces en Allemagne', affirme-t-il au journal allemand.Le manque de puces à l'échelle mondiale est dû à un concours de circonstances. Le facteur principal semble être le fait que de nombreux fabricants d'appareils s'attendaient à un recul de la demande en raison de la crise du corona, ce qui entraîna une diminution de la production chez leurs fournisseurs (les fondeurs de puces). Mais contre toute attente, la demande n'a fait que croître.Parmi les autres facteurs déterminants, citons les sanctions commerciales américaines à l'encontre d'entreprises chinoises, les pannes électriques au Texas, qui provoquèrent des problèmes de production chez Samsung notamment, ainsi que la sécheresse à Taïwan, qui a rendu la vie difficile à TSMC qui produit plus de la moitié de l'ensemble des puces mondiales. Mais des acteurs moins connus tels le japonais Renesas, qui fabrique surtout des puces pour le secteur automobile, ont connu des difficultés, en l'occurrence ici à cause de l'incendie dans une usine.