L'entreprise avait déjà suspendu ses activités en mars, mais a à présent décidé de se retirer définitivement des deux pays. 'Depuis notre annonce du 3 mars, nous avons continué de suivre de près la guerre en Ukraine. Nous avons à présent décidé de débuter par une liquidation ordonnée de nos activités en Russie et en Biélorussie', signale l'entreprise dans un communiqué publié sur son site. 'Chez Cisco, nous condamnons fermement et sans équivoque aucune cette guerre injustifiée, ainsi que la violence que les citoyens innocents subissent.'

Cisco rejoint ainsi une longue série d'organisations principalement occidentales qui se retirent de Russie et de son principal allié depuis le début de l'invasion de l'Ukraine. Précédemment en effet, Microsoft et IBM avaient pris la décision de réduire fortement leurs services dans ces pays, voire de les suspendre complètement. Ce faisant, ces pays auront nettement moins accès à des technologies de pointe.

La Russie prépare entre-temps une nouvelle loi, qui autorisera les autorités à confisquer les biens et les bâtiments des entreprises étrangères qui quittent le pays. Des amendes seraient aussi prévues, afin que les entreprises qui envisageraient de s'en aller, le fassent nettement plus rapidement.

En collaboration avec Dutch IT Channel

L'entreprise avait déjà suspendu ses activités en mars, mais a à présent décidé de se retirer définitivement des deux pays. 'Depuis notre annonce du 3 mars, nous avons continué de suivre de près la guerre en Ukraine. Nous avons à présent décidé de débuter par une liquidation ordonnée de nos activités en Russie et en Biélorussie', signale l'entreprise dans un communiqué publié sur son site. 'Chez Cisco, nous condamnons fermement et sans équivoque aucune cette guerre injustifiée, ainsi que la violence que les citoyens innocents subissent.'Cisco rejoint ainsi une longue série d'organisations principalement occidentales qui se retirent de Russie et de son principal allié depuis le début de l'invasion de l'Ukraine. Précédemment en effet, Microsoft et IBM avaient pris la décision de réduire fortement leurs services dans ces pays, voire de les suspendre complètement. Ce faisant, ces pays auront nettement moins accès à des technologies de pointe.La Russie prépare entre-temps une nouvelle loi, qui autorisera les autorités à confisquer les biens et les bâtiments des entreprises étrangères qui quittent le pays. Des amendes seraient aussi prévues, afin que les entreprises qui envisageraient de s'en aller, le fassent nettement plus rapidement.En collaboration avec Dutch IT Channel