Les 'lootboxes' sont des coffres à butin virtuels qui peuvent être achetés dans des jeux vidéo tels FIFA ou Overwatch. Ils contiennent souvent des tenues pour les personnages du jeu, même si on ne sait jamais à l'avance ce qu'on va y trouver. Il y a donc là une part de hasard et c'est la raison pour laquelle ces coffres ont été interdits en Belgique par la Commission des jeux de hasard dans les jeux accessibles également par les enfants.

Aux Pays-Bas, une procédure à propos de ces coffres à butin était en cours devant le Conseil d'Etat et portait spécifiquement sur FIFA. Précédemment, la Kansspelautoriteit néerlandaise avait en effet décidé que les 'lootboxes' dans FIFA étaient en soi un jeu de hasard et avait donc infligé une amende à son éditeur Electronic Arts. Ce dernier avait fait appel auprès du tribunal de La Haye, qui l'avait rejeté. Les prix ne peuvent cependant pas être convertis en argent ordinaire, et la majorité des rentrées est assurée par la réalisation de missions dans le jeu, indique à présent le Conseil d'Etat. L'amende est donc annulée.

Aux Pays-Bas, les coffres à butin sont partiellement interdits, si leur contenu peut être revendu. Chez nous, la loi est toutefois plus stricte. La Belgique est l'un des rares pays, où les 'lootboxes' sont tout à fait interdits. En 2019 déjà, EA a donc renoncé à vendre de l'argent virtuel pour le jeu FIFA. D'autres développeurs encore, dont Blizzard, ne proposent pas de coffres à butin pour leurs jeux en ligne.

Les 'lootboxes' sont des coffres à butin virtuels qui peuvent être achetés dans des jeux vidéo tels FIFA ou Overwatch. Ils contiennent souvent des tenues pour les personnages du jeu, même si on ne sait jamais à l'avance ce qu'on va y trouver. Il y a donc là une part de hasard et c'est la raison pour laquelle ces coffres ont été interdits en Belgique par la Commission des jeux de hasard dans les jeux accessibles également par les enfants.Aux Pays-Bas, une procédure à propos de ces coffres à butin était en cours devant le Conseil d'Etat et portait spécifiquement sur FIFA. Précédemment, la Kansspelautoriteit néerlandaise avait en effet décidé que les 'lootboxes' dans FIFA étaient en soi un jeu de hasard et avait donc infligé une amende à son éditeur Electronic Arts. Ce dernier avait fait appel auprès du tribunal de La Haye, qui l'avait rejeté. Les prix ne peuvent cependant pas être convertis en argent ordinaire, et la majorité des rentrées est assurée par la réalisation de missions dans le jeu, indique à présent le Conseil d'Etat. L'amende est donc annulée.Aux Pays-Bas, les coffres à butin sont partiellement interdits, si leur contenu peut être revendu. Chez nous, la loi est toutefois plus stricte. La Belgique est l'un des rares pays, où les 'lootboxes' sont tout à fait interdits. En 2019 déjà, EA a donc renoncé à vendre de l'argent virtuel pour le jeu FIFA. D'autres développeurs encore, dont Blizzard, ne proposent pas de coffres à butin pour leurs jeux en ligne.