Une nouvelle tentative de lancement de la mission Artemis vers la lune remise sine die

Artemis I. © Getty

Le lancement de la super-fusée SLS dans le cadre de la première mission Artemis vers la lune a du plomb dans l’aile, après que son décollage à partir du Cap Canaveral en Floride a été annulé samedi pour la deuxième fois en cinq jours à cause de problèmes techniques.

Samedi à 20H07′ (de notre heure), la fusée porteuse SLS aurait dû emporter la capsule Orion non habitée vers la lune. Mais tout comme lors de la première tentative de lundi dernier, les préparatifs ne se sont pas passés comme prévu et ce, tout particulièrement en raison d’une fuite dans la canalisation amenant l’hydrogène liquide des installations au sol jusqu’au premier étage de la fusée porteuse de 98 mètres de haut.

Trois interruptions de l’approvisionnement et autant de redémarrages après diagnostic des anomalies constatées ne purent venir à bout des problèmes. En fin de compte, la directrice du lancement se vit contrainte d’annuler le départ. Selon le responsable de la mission, Mike Sarafin, la fuite était ‘importante’. On n’en connaît pas encore la cause.

La plus puissante fusée porteuse au monde aurait théoriquement encore pu décoller ce lundi ou mercredi (heure belge). Mais cette option ‘n’est pas envisageable’, a-t-on appris lors d’une conférence de presse. Il y a trop peu de temps disponible pour effectuer la réparation d’ici mercredi a plus tard.

Artemis I
Artemis I© Getty

La NASA doit par ailleurs encore décider si la réparation aura lieu sur la plate-forme de lancement, avec ensuite un mini-approvisionnement en carburant en guise de test, ou dans l’énorme bâtiment d’assemblage (VAB). Quelle que soit l’option choisie, elle impliquera un report de plusieurs semaines

Conflit de lancement

La toute prochaine fenêtre de lancement s’ouvrira le 19 septembre et se poursuivra jusqu’au 4 octobre. Or le 3 octobre, la NASA souhaite lancer avec la Crew Dragon de SpaceX un nouvel équipage vers la Station Spatiale Internationale ISS et veut éviter un conflit de lancement.

Tout semble donc indiquer que la NASA optera pour la fenêtre de lancement suivante, à savoir du 17 au 31 octobre.

‘Nous partirons quand nous serons prêts’, a déclaré le directeur de la NASA, Bill Nelson, qui a lui-même effectué un voyage à bord d’une navette spatiale. ‘Nous n’allons pas tenter le diable, surtout sur un vol d’essai.’

La SLS doit amener sur la lune la capsule inhabitée Orion équipée d’un module de service européen dans le cadre d’un vol d’essai pour lequel ce sera surtout le bouclier thermique qui fera l’objet d’une attention toute particulière.

L’objectif final du programme Artemis est de permettre – au plus tôt en 2025 – à l’homme de poser de nouveau le pied sur la surface de la lune, pour la première fois depuis 1972.

Partner Content