Un régulateur américain examine les allégations de Musk sur les voitures autonomes

getty

Le régulateur boursier américain SEC effectue de nouveau une enquête sur Elon Musk, le directeur de Tesla. Cette fois, il est question de ses allégations dans le domaine des voitures autonomes. Selon des initiés, le régulateur examine si Musk a fait de fausses déclarations sur le soi-disant système Autopilot.

L’année dernière, Tesla fut accusée par un contrôleur californien de publicité mensongère à propos des possibilités de conduite automatique de ses voitures. Tesla appelle par exemple l’actuelle variante Autopilot et teste une version perfectionnée baptisée Full Self-Driving, c’est-à-dire pleinement autonome. Le Department of Motor Vehicles californien estimait que Tesla donnait ainsi l’impression que ses voitures peuvent être nettement plus autonomes qu’elles ne le sont en réalité.

Selon le service public, Tesla a enfreint la loi californienne par ses allégations ‘fausses ou trompeuses’. Pour d’autres raisons encore, le terme Autopilot est considéré avec circonspection depuis assez longtemps déjà. Le régulateur fédéral américain NHTSA enquête en effet sur plusieurs accidents impliquant des voitures Tesla, dont les fonctions de conduite autonome étaient activées. On y recense des cas où des voitures Tesla ont heurté des véhicules de secours stationnés, alors qu’ils se trouvaient en intervention.

Les voitures autonomes plus sûres

Le directeur de Tesla insiste cependant sur le fait que les voitures autonomes sont plus sûres que celles conduites par des humains. Selon lui, l’Autopilot est crucial pour l’avenir de Tesla.

D’après l’agence de presse Bloomberg, ni Musk ni son avocat Alex Spiro n’étaient accessibles pour des commentaires. Le SEC se refuse lui aussi à réagir dans cette affaire.

Partner Content