Les Britanniques contraignent la société-mère de Facebook à revendre Giphy

© Giphy
ANP

Après un jugement en appel au plus haut niveau en Grande-Bretagne, la société-mère de Facebook se voit forcée de revendre la plate-forme d’animations Giphy. Le contrôleur britannique de la concurrence Competition and Markets Authority (CMA) avait estimé l’année dernière déjà que le rachat de Giphy par Meta allait fortement léser la concurrence. L’appel interjeté auprès d’un tribunal n’a rien changé pour Meta qui, en plus de Facebook, possède aussi WhatsApp et Instagram.

Giphy est une base de données d’animations gif pour médias sociaux et applis de clavardage (chat). Elle permet aux utilisateurs d’agrémenter les conversations de chat ou les messages sur les médias sociaux. Ces animations peuvent également être utilisés à des fins publicitaires.

Trop peu de choix

La CMA craint qu’il ne subsiste que trop peu de choix pour les utilisateurs de plates-formes de médias sociaux après le rachat de Giphy, pour lequel Meta avait libéré au printemps 400 millions de dollars. De plus, la concurrence sur le marché des publicités en ligne pâtirait également du rachat, parce que Meta pourrait supprimer les animations gif de plates-formes concurrentes.

Dans une réaction, Meta se déclare déçue, mais se soumet au jugement rendu en appel. Le rachat avait précédemment déjà valu à Meta une amende de 50,5 millions de livres. Giphy devait être conservée séparément du reste du groupe, avant que les Britanniques ne donnent leur agrément, mais Meta était restée trop vague en la matière, d’après la CMA.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content