Un créateur (13 ans) d'une imprimante braille en Lego sera le plus jeune bénéficiaire de capital-risque de l'histoire

05/11/14 à 13:46 - Mise à jour à 13:46

Source: Datanews

Un jeune Californien de 13 ans, concepteur d'une imprimante braille en blocs Lego, va recevoir une injection de capital-risque de la part d'Intel. Il sera ainsi le plus jeune bénéficiaire de capital-risque de l'histoire, selon le fondeur de puces.

Un créateur (13 ans) d'une imprimante braille en Lego sera le plus jeune bénéficiaire de capital-risque de l'histoire

Shubham Banerjee © Reuters

Plus tôt cette année, Shubham Banerjee - à l'époque âgé de douze ans et aujourd'hui de treize - a réalisé un prototype d'une imprimante en braille au moyen d'un kit Lego Mindstorms. Il baptisa sa machine Braigo et sa petite entreprise Braigo Labs.

Maison Blanche

L'histoire de Banerjee a fait le tour du monde, et l'ado a été invité à venir faire la démonstration de sa création partout aux Etats-Unis. L'été dernier, il fut même invité à une 'Maker Faire' à la Maison Blanche.

350 dollars

Ensuite, il se mit à préparer un autre prototype: Braigo 2.0. Il s'agit là 'de l'imprimante braille la plus légère et la plus abordable qui ait jamais existé', selon son auteur. Il ne s'agit plus d'un montage Lego, mais bien d'un produit à part entière disposant de la puce Edison d'Intel. Il souhaite pouvoir un jour le fabriquer à grande échelle et le vendre pour un prix de quelque 350 dollars, ce qui est nettement inférieur au prix des imprimantes braille existantes.

'Quelques centaines de milliers de dollars'

Mais pour transformer son prototype en un véritable produit à la consommation, il faut des fonds. Enter Intel Capital vient justement d'annoncer son intention d'investir dans Braigo Labs et dans son fondateur (le fabricant de puces a l'année dernière déjà racheté aussi la startup éducative Kno, l'entreprise du père de Shubham, Neil Banerjee). Banerjee junior sera ainsi, selon une étude effectuée par Intel, le plus jeune bénéficiaire de capital-risque de l'histoire. Aucun montant n'a été cité, mais selon un témoignage anonyme, il serait question de 'quelques centaines de milliers de dollars'.

Après avoir été informé des intentions d'Intel, Shabham a dû faire une recherche sur la signification précise du terme 'capital-risque'...

Nos partenaires