Modèles incorporés: Option a encore du pain sur la planche

29/01/10 à 10:50 - Mise à jour à 10:49

Source: Datanews

"Les modules incorporés pour la communication sans fil ne sont absolument pas une réussite aujourd'hui. Nous croyons que toutes les applications resteront encore longtemps sur la clé USB", estime Jan Callewaert, CEO d'Option.

Modèles incorporés: Option a encore du pain sur la planche

© Belga

"Les modules incorporés pour la communication sans fil ne sont absolument pas une réussite aujourd'hui. Nous croyons que toutes les applications resteront encore longtemps sur la clé USB", estime Jan Callewaert, CEO d'Option.

A l'en croire, il faudra patienter certainement encore trois à quatre ans, avant qu'il y ait davantage de modules incorporés que de solutions externes. "Actuellement, seuls 2 à 3% des ordinateurs portables sont équipés de modules sans fil. Les fournisseurs doivent en effet le planifier dans leur production, mais ils ne savent pas encore si la demande sera suffisante."

Voilà donc ce qu'a déclaré le CEO d'Option, Jan Callewaert, lors de la conférence Beltug qui s'est tenue à Grand-Bigard. Il croit que toutes les applications continueront encore longtemps à tourner sur la clé USB. "Il ne s'agit pas uniquement de la solution sans fil, mais aussi de l'e-mail, du navigateur, des documents et d'autres applications. De cette manière, il est possible de transférer des données et applications personnelles sur n'importe quel ordinateur portable." Cette prise de position est étonnante dans la mesure où Option est aussi notamment le fournisseur de modules incorporés pour les netbooks de Nokia et les laptops d'Acer. Le spécialiste de Louvain a également signé un accord avec Plastic Logic, fournisseur d'e-lecteurs.

Par ailleurs, Jan Callewaert a prévenu les opérateurs que la menace provient essentiellement du monde IT. "Aujourd'hui, les opérateurs mobiles fournissent uniquement de la capacité de données, mais ils vont devoir collaborer avec d'autres acteurs. Et cela, ils ne l'apprécient pas trop, car ils aiment contrôler tout du début à la fin. Ils ressentent la menace, mais pas suffisamment encore pour céder à la paniquer."

En savoir plus sur:

Nos partenaires