Le jeu pour lutter contre l'ennui à l'école

01/09/10 à 12:06 - Mise à jour à 12:06

Source: Datanews

Au terme d'une enquête effectuée auprès de 4.000 écoliers, le Vlaamse Scholierenkoepel (VSK) lance un appel vers une méthode d'enseignement judicieuse.

Le jeu pour lutter contre l'ennui à l'école

Au terme d'une enquête effectuée auprès de 4.000 écoliers, le Vlaamse Scholierenkoepel (VSK) lance un appel vers une méthode d'enseignement judicieuse. Le ministre flamand de l'enseignement Pascal Smet (sp.a) espère justement stimuler les jeunes par de nouveaux moyens. "Selon moi, c'est une bonne idée que d'introduire les jeux en classe", déclare-t-il dans les journaux De Standaard et Het Nieuwsblad.

De l'enquête effectuée par le VSK, il appert que beaucoup d'élèves s'ennuient à l'école. "Les élèves apprécieraient bien mieux les matières enseignées, s'ils en apprenaient des choses dont ils auraient besoin plus tard et qu'ils pourraient utiliser", déclare Timur Michelashvili, le président du VSK. Le ministre Smet comprend ce plaidoyer. "Lorsque l'année dernière, j'ai écouté ce que disaient les élèves en Flandre, j'ai été très étonné du nombre d'entre eux qui trouvaient l'école ennuyeuse", explique Smet.

Le ministre attribue ces griefs au milieu dans lequel les jeunes vivent: "Pendant leurs loisirs, les élèves d'aujourd'hui sont occupés sur internet, participent à des jeux ou regardent la télévision. C'est là un environnement très stimulant, alors qu'en classe, ils sont parfois confrontés à l'autre extrême." Smet conseille donc aux écoles d'importer ce milieu stimulant dans la classe. "Selon moi, il est intéressant d'introduire les jeux dans l'enseignement car ils permettent aussi d'apprendre, notamment les jeux de mathématiques."

Smet souligne encore que durant cette année scolaire, les nouveaux "acquis trans-matières" entreront en vigueur. "Surtout dans l'enseignement secondaire, le côté pratique sera ainsi plus à l'ordre du jour, et les leçons seront davantage axées sur les compétences.

Source: Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires