L'intégration de Nec Philips Belux pèse sur le bénéfice de Dolmen

28/05/08 à 09:00 - Mise à jour à 08:59

Source: Datanews

Au cours du dernier exercice, le fournisseur de services IT Dolmen a enregistré un bénéfice d'exploitation de 8,77 millions d'euros, soit un bon 6 pour cent de moins que durant l'année précédente. Des coûts de restructuration uniques lors de l'intégration de Nec Philips Belux ont été à la base de ce recul du bénéfice.

Au cours du dernier exercice, le fournisseur de services IT Dolmen a enregistré un bénéfice d'exploitation de 8,77 millions d'euros, soit un bon 6 pour cent de moins que durant l'année précédente. Des coûts de restructuration uniques lors de l'intégration de Nec Philips Belux ont été à la base de ce recul du bénéfice.

Sans ces coûts, le bénéfice d'exploitation aurait été de 8,7 pour cent supérieur pour atteindre 10,2 millions d'euros. Quant au bénéfice net, il s'est établi à 6,25 millions d'euros, un bon 9 pour cent de moins qu'au cours de l'année précédente. L'an dernier, Dolmen a racheté les activités belges et luxembourgeoises du groupe télécom néerlando-japonais NEC Philips Unified Solutions. Cette entreprise est spécialisée dans les centraux téléphoniques et compte quelque 1.000 clients dans notre pays, surtout dans le segment des organisations intégrant 50 utilisateurs et plus. Dès la reprise, Dolmen annonçait s'attendre à enregistrer une influence négative sur son résultat annuel. Le rachat a cependant eu un effet positif sur le chiffre d'affaires qui a grimpé de 8 pour cent à 157 millions d'euros au cours de l'exercice écoulé.

L'entreprise ne fait pas de pronostic pour l'exercice en cours "parce qu'il sera placé sous le signe de la fusion et de l'intégration avec Real Software", peut-on lire dans un communiqué de presse. Les premiers mois révèlent une évolution du chiffre d'affaires "en harmonie avec le marché".

Comme dans le passé, Real n'a alloué aucun dividende et n'envisage pas (encore) de le faire à l'avenir, Dolmen n'en attribuera pas non plus pour l'exercice écoulé. "Le conseil d'administration de la nouvelle entité peut évidemment toujours décider de modifier sa stratégie en matière de dividende. Si tel devait être le cas, ce serait en fonction des rentrées, de la situation financière, de celle du capital, ainsi que d'autres facteurs jugés importants par le conseil d'administration", mentionne le communiqué de presse.

Source: Belga

Nos partenaires