85 pour cent des applis mobiles ne respectent pas notre vie privée

11/09/14 à 14:01 - Mise à jour à 14:01

Source: Datanews

85 pour cent des applis internationales ne sont pas transparentes à propos des données personnelles qu'elles collectent sur vous, puis utilisent et transmettent. Voilà ce qui ressort d'une enquête réalisée par plusieurs commissions vie privée dans le monde.

85 pour cent des applis mobiles ne respectent pas notre vie privée

© iStock

26 commissions vie privée internationales, dont la nôtre, ont réalisé une enquête sur la façon dont les applis respectent la vie privée de leurs utilisateurs, comme la loi le leur impose.
En tout, plus de 1.200 applications - applis Android et iOS gratuites et payantes dans divers domaines - ont été examinées. En Belgique, seules 40 applis ont été contrôlées.

L'enquête révèle que seuls 15 pour cent des applis sont transparentes à propos des informations qu'elles collectent, utilisent et transmettent - les autres 85 pour cent ne sont donc pas assez claires à ce propos.

'Avant que vous les téléchargiez, les applis doivent indiquer quelles données personnelles elles vont tenir à jour et dans quels buts, et laisser le choix à l'utilisateur d'accepter ou non. La plupart ne le font pas. Beaucoup d'applis ne sollicitent un accès à vos données que quand vous les utilisez déjà', explique Eva Wiertz de la commission vie privée belge à De Morgen.

Commission vie privée: 'Pas encore d'enquête juridique approfondie sur les applis belges'

Selon les enquêteurs, à peine 7,5 pour cent des applis respectent en Belgique les termes de la loi - 92,5 pour cent ne le font pas.

Wiertz nuance ces chiffres: 'Il s'agit ici d'une première enquête portant sur quarante applis. Ce n'est donc pas encore un examen juridique approfondi, mais sur base de cette enquête, l'on en sait plus sur certaines applis.'

Un tiers des applis pour smartphones demande un accès à des données dont elles n'ont en fait pas besoin, comme il ressort de l'enquête. C'est ainsi que vingt pour cent des applis tentent de connaître votre emplacement, alors que, disons, une appli vous permettant de convertir un montant en dollars vers une somme en euros, ne doit absolument pas savoir où vous vous trouvez, selon VTM Nieuws.

'Parfois, cela est également dû à l'ignorance de la loi. Il s'agit en effet encore d'une matière assez nouvelle', ajoute Wiertz dans le journal De Morgen. 'Il y a assurément aussi des applis qui tentent tout simplement de voir jusqu'où elles peuvent aller en la matière.'

La commission vie privée déclare encore dans le journal qu'elle va prendre contact avec des développeurs d'applis et des clients. En cas de sérieuses infractions, les développeurs seront mis en demeure.

En savoir plus sur:

Nos partenaires