Les systèmes de stockage AFA sont totalement basés sur le flash. Par rapport aux disques durs traditionnels, ils ne présentent pratiquement aucune latence, tout en atteignant un nombre plus élevé d'opérations de lecture et écriture. Du coup, de très nombreux secteurs optent pour l'AFA. " Les opérateurs télécoms représentent un bon exemple dans la mesure où ils offrent de la vidéo à la demande ", explique Frank Huyge de Core ICT, partenaire d'IBM. " Autrefois, les entreprises utilisaient typiquement des serveurs et du stockage connecté en SAN. Mais dans le contexte actuel, cette technologie ne parvient plus à suivre. "

Données rapidement disponibles

En fait, deux tendances se dégagent sur le marché : d'une part, l'explosion des volumes de contenus qu'offrent une telle société de médias avec la vidéo à la demande et, d'autre part, la croissance continue de l'utilisation du service proprement dit. " Le stockage classique requiert pas mal de maintenance ", poursuit Frank Huyge. " Dans le contexte de la vidéo à la demande - où l'ensemble du contenu doit être disponible en permanence -, il se révèle très difficile de planifier cette maintenance. En outre, l'environnement de stockage classique est peu évolutif. " C'est précisément à ces niveaux qu'une solution AFA comme l'IBM FlashSystem 900 offre une véritable alternative.

Le stockage AFA peut évoluer très facilement, ce qui permet à l'opérateur de gérer de manière flexible les pics de demandes de stockage.

" Le stockage AFA peut évoluer très facilement, ce qui permet à l'opérateur de gérer de manière flexible les pics de demandes de stockage ", explique encore Frank Huyge. " Dans le même temps, l'AFA offre de meilleures performances, ce qui permet de servir plus rapidement le client final. " En arrière-plan, le fait que l'AFA exige nettement moins de maintenance que le stockage classique constitue un avantage majeur. " Du coup, les interventions planifiées sont moins fréquentes, tandis que les interruptions non-planifiées sont également moins nombreuses. " Dans d'autres secteurs - notamment les entreprises de production -, l'évolutivité joue un rôle moins important. " Je songe à l'assemblage à flux tendus de véhicules ", précise Frank Huyge. " Dans ce cas, c'est surtout la rapidité d'exécution qui se révèle primordiale. Dès lors, le nombre d'opérations de lecture et écriture par seconde (IOPS) de l'AFA est ici déterminant. "

Meilleur service et moins énergivore

Indépendamment de la vitesse et de l'évolutivité, l'investissement dans le flash revêt évidemment aussi un aspect financier. Les économies dans le domaine des coûts énergétiques sont faciles à quantifier. En effet, l'AFA consomme moins d'électricité, exige moins de refroidissement et occupe moins d'espace dans le centre de données. Par ailleurs, d'autres éléments sont un peu moins tangibles. Ainsi, qu'en est-il si un consommateur éprouve régulièrement des problèmes lorsqu'il visionne des vidéos à la demande et décide dès lors de se tourner vers un concurrent ? " Ce type de coûts et de risques n'est effectivement pas facile à évaluer ", note toujours Frank Huyge. " Or il est clair que l'AFA contribue en l'occurrence à la qualité de service et à la satisfaction du client. "

L'AFA consomme moins d'électricité, exige moins de refroidissement et occupe moins d'espace dans le centre de données.

Désormais, les entreprises testent le flash dans le cadre de projets pilotes. IBM Flash Storage apparaît souvent comme le meilleur choix, tant dans le domaine du prix que du niveau de compression. Contrairement à IBM, de nombreux fournisseurs ne sont pas toujours en mesure de concrétiser leurs promesses en matière de taux de compression.

Ce dossier a été réalisé en collaboration avec Arrow ECS, distributeur d'IBM.

Apprenez-en davantage sur les solutions AFA d'IBM Flash Storage.

Les systèmes de stockage AFA sont totalement basés sur le flash. Par rapport aux disques durs traditionnels, ils ne présentent pratiquement aucune latence, tout en atteignant un nombre plus élevé d'opérations de lecture et écriture. Du coup, de très nombreux secteurs optent pour l'AFA. " Les opérateurs télécoms représentent un bon exemple dans la mesure où ils offrent de la vidéo à la demande ", explique Frank Huyge de Core ICT, partenaire d'IBM. " Autrefois, les entreprises utilisaient typiquement des serveurs et du stockage connecté en SAN. Mais dans le contexte actuel, cette technologie ne parvient plus à suivre. "Données rapidement disponiblesEn fait, deux tendances se dégagent sur le marché : d'une part, l'explosion des volumes de contenus qu'offrent une telle société de médias avec la vidéo à la demande et, d'autre part, la croissance continue de l'utilisation du service proprement dit. " Le stockage classique requiert pas mal de maintenance ", poursuit Frank Huyge. " Dans le contexte de la vidéo à la demande - où l'ensemble du contenu doit être disponible en permanence -, il se révèle très difficile de planifier cette maintenance. En outre, l'environnement de stockage classique est peu évolutif. " C'est précisément à ces niveaux qu'une solution AFA comme l'IBM FlashSystem 900 offre une véritable alternative. " Le stockage AFA peut évoluer très facilement, ce qui permet à l'opérateur de gérer de manière flexible les pics de demandes de stockage ", explique encore Frank Huyge. " Dans le même temps, l'AFA offre de meilleures performances, ce qui permet de servir plus rapidement le client final. " En arrière-plan, le fait que l'AFA exige nettement moins de maintenance que le stockage classique constitue un avantage majeur. " Du coup, les interventions planifiées sont moins fréquentes, tandis que les interruptions non-planifiées sont également moins nombreuses. " Dans d'autres secteurs - notamment les entreprises de production -, l'évolutivité joue un rôle moins important. " Je songe à l'assemblage à flux tendus de véhicules ", précise Frank Huyge. " Dans ce cas, c'est surtout la rapidité d'exécution qui se révèle primordiale. Dès lors, le nombre d'opérations de lecture et écriture par seconde (IOPS) de l'AFA est ici déterminant. "Meilleur service et moins énergivoreIndépendamment de la vitesse et de l'évolutivité, l'investissement dans le flash revêt évidemment aussi un aspect financier. Les économies dans le domaine des coûts énergétiques sont faciles à quantifier. En effet, l'AFA consomme moins d'électricité, exige moins de refroidissement et occupe moins d'espace dans le centre de données. Par ailleurs, d'autres éléments sont un peu moins tangibles. Ainsi, qu'en est-il si un consommateur éprouve régulièrement des problèmes lorsqu'il visionne des vidéos à la demande et décide dès lors de se tourner vers un concurrent ? " Ce type de coûts et de risques n'est effectivement pas facile à évaluer ", note toujours Frank Huyge. " Or il est clair que l'AFA contribue en l'occurrence à la qualité de service et à la satisfaction du client. "Désormais, les entreprises testent le flash dans le cadre de projets pilotes. IBM Flash Storage apparaît souvent comme le meilleur choix, tant dans le domaine du prix que du niveau de compression. Contrairement à IBM, de nombreux fournisseurs ne sont pas toujours en mesure de concrétiser leurs promesses en matière de taux de compression.Ce dossier a été réalisé en collaboration avec Arrow ECS, distributeur d'IBM.Apprenez-en davantage sur les solutions AFA d'IBM Flash Storage.