Avantagée par un dollar ferme, Barco a enregistré sur l'ensemble de l'année dernière 1.043,7 millions d'euros de commandes entrantes, en hausse de 20,1 pour cent. Son chiffre d'affaires a crû de 13,3 pour cent à 1.028,9 millions d'euros. Le cash flow courant corrigé (ebitda) a progressé de 0,6 pour cent à 7,2 pour cent du chiffre d'affaires.

Durant le second semestre, le moteur a même tourné à un régime encore supérieur. Les commandes entrantes ont augmenté de 24,6 pour cent à 521,2 millions. La hausse du chiffre d'affaires a été de 10,2 pour cent à 522,7 millions en comparaison avec le second semestre de 2014.

Le CEO Eric Van Zele indique que toutes les divisions ont progressé sur tous les continents. "Chacune des divisions a amélioré sa marge ebitda et a lancé de nouvelles initiatives de croissance", explique-t-il. Le cinéma numérique a eu une fois de plus le vent en poupe et continue de couvrir plus de la moitié du marché. Les soins de santé (healthcare) ont aussi crû nettement grâce à la vente d'applications digital operating room, y compris à présent aussi en Amérique du Nord. La division a également réalisé ses premières ventes en Chine. La division Enterprise va de l'avant avec une distribution élargie et un renforcement de la part de marché de ClickShare. Quant à la division Control Rooms, où Barco a dû faire face à 8,3 millions d'euro de coûts de restructuration, elle est restée stable.

Importants amortissements

Le bénéfice net en 2015 offre une image tout à fait différente. La direction exploite les bons résultats pour amortir un tas d'héritages du passé. La manière dont la R&D est enregistrée, a aussi été modifiée. Elle est en effet reprise directement dans le poste des frais.

Tout cela a réduit le bénéfice net à 17,4 millions d'euros, contre 23,9 millions d'euros en 2014. Le montant de 2015 a même bénéficié du bénéfice net de 47 millions d'euros issu de la vente de la division Defense & Aerospace à l'entreprise américaine Esterline.

Le bénéfice net par action s'est établi après dilution à 1,41 euro, contre 1,92 euro en 2014.

Table rase

En raison des amortissements et de l'entrée directe des dépenses R&D dans les frais, Barco démarre cependant 2016 en faisant table rase. Elle dispose aussi de pas moins de 265 millions de liquidités nettes en banque. Le cash flow a crû à 110,3 millions d'euros, contre 14,9 millions en 2014. Une partie de ce cash flow est toutefois à mettre au compte de la vente de la division Defense & Aerospace. Barco a cependant enregistré aussi de meilleures prestations sur le plan opérationnel. Le cash flow d'exploitation net a ainsi grimpé de 94 à 148 millions d'euros.

Barco a surtout eu besoin d'un fonds de roulement moindre. La valeur des stocks, toujours un point délicat, a régressé de 27,6 millions d'euros. La rotation des stocks est passée à 3,6, contre 2,9 fin 2014.

Barco accroît son dividende d'1,6 à 1,75 euro par action.