Vous n'êtes pas sans le savoir: les containers (conteneurs) deviennent la norme pour les microservices, et Docker est dès à présent considéré comme le prochain VMware. Pas moins de 50 pour cent de l'ensemble des multinationales dans le monde ont déjà des containers en production et ce, tant dans le nuage que sur site (on premise).

"Les containers constituent la prochain grande évolution de plate-forme pour les développeurs de logiciels", comme l'a expliqué à Data News le co-fondateur et CEO italien de Sysdig, Loris Degioanni, lors du récent ITPressTour.

"Mais même si la technologie du conteneur génère efficience et agility, elle rend plus compliqué le contrôle des applis et de l'environnement IT. C'est pour y faire face que nous avons fondé Sysdig."

Sysdig propose actuellement deux choses. L'outil 'Container Vision' est une technologie open source qui a entre-temps déjà été téléchargée par des centaines de milliers de développeurs et d'administrateurs systèmes, et qui permet de 'regarder' à l'intérieur des containers pour voir si tout s'y passe comme prévu.

C'est ainsi que Container Vision vérifie le système d'exploitation sous-jacent aux conteneurs, qu'il se charge de l'orchestration et de l'outillage et qu'il surveille le reste de l'infrastructure. Ce logiciel open source est du reste compatible avec toutes les technologies container actuellement disponibles, donc pas uniquement avec Docker, mais aussi avec CoreOS, LXC, Amazon EC2, Kubernetes,...).

Quant au premier produit vraiment concret que propose Sysdig, il s'appelle Sysdig Cloud, une solution de gestion des performances susceptible d'être déployée partout et qui permet d'intervenir lorsque des applis montrent des signes de faiblesse, et qui vous prévient en cas de problème.

En avril, cette start-up intéressante avait réussi à recueillir 15 millions de dollars dans le cadre d'une phase d'investissement de série B auprès de ses investisseurs existants Accel et Bain Capital Ventures.

Vous n'êtes pas sans le savoir: les containers (conteneurs) deviennent la norme pour les microservices, et Docker est dès à présent considéré comme le prochain VMware. Pas moins de 50 pour cent de l'ensemble des multinationales dans le monde ont déjà des containers en production et ce, tant dans le nuage que sur site (on premise)."Les containers constituent la prochain grande évolution de plate-forme pour les développeurs de logiciels", comme l'a expliqué à Data News le co-fondateur et CEO italien de Sysdig, Loris Degioanni, lors du récent ITPressTour. "Mais même si la technologie du conteneur génère efficience et agility, elle rend plus compliqué le contrôle des applis et de l'environnement IT. C'est pour y faire face que nous avons fondé Sysdig."Sysdig propose actuellement deux choses. L'outil 'Container Vision' est une technologie open source qui a entre-temps déjà été téléchargée par des centaines de milliers de développeurs et d'administrateurs systèmes, et qui permet de 'regarder' à l'intérieur des containers pour voir si tout s'y passe comme prévu. C'est ainsi que Container Vision vérifie le système d'exploitation sous-jacent aux conteneurs, qu'il se charge de l'orchestration et de l'outillage et qu'il surveille le reste de l'infrastructure. Ce logiciel open source est du reste compatible avec toutes les technologies container actuellement disponibles, donc pas uniquement avec Docker, mais aussi avec CoreOS, LXC, Amazon EC2, Kubernetes,...). Quant au premier produit vraiment concret que propose Sysdig, il s'appelle Sysdig Cloud, une solution de gestion des performances susceptible d'être déployée partout et qui permet d'intervenir lorsque des applis montrent des signes de faiblesse, et qui vous prévient en cas de problème. En avril, cette start-up intéressante avait réussi à recueillir 15 millions de dollars dans le cadre d'une phase d'investissement de série B auprès de ses investisseurs existants Accel et Bain Capital Ventures.