Il s'agit là d'une combinaison inhabituelle de politicologie et de technologie, qui a généré une activité tout aussi inhabituelle. Michiel Nuytemans a été actif en tant que chercheur chez le professeur en sciences politiques Stefaan Walgrave (UAntwerpen) et y a mis au point ce qu'on appelle en néerlandais De Stemtest pour la VRT. Ce regroupement d'IT et de contenu politique le passionna à un point tel que ce qui débuta comme un simple projet, se transforma, il y a deux ans, en une véritable entreprise, désireuse d'explorer toutes les possibilités en la matière, surtout sur le plan de la participation.

'Initialement, nous visions surtout la consultance', déclare Nuytemans. 'Mais chemin faisant, nous avons développé nos propres outils logiciels. C'est ainsi que nous avons mis au point Bpart, une plate-forme SaaS, qui est fournie au client sous licence et qui aide les directions et organisations à rationaliser et à modérer l'input de beaucoup. On peut y insérer des informations et y collecter les idées d'autres. Le module de modération permet à tout initiateur de traiter tout très facilement en profitant du support du logiciel. Avec l'aide de l'émanation universitaire anversoise Textgain, nous avons également développé un algorithme AI qui regroupe non seulement des idées doubles en un même emplacement, mais aussi des débats connexes dans des clusters thématiques. Et s'il détecte quelque part du langage cru, l'algorithme avertit automatiquement le modérateur qu'il y a peut-être un problème.'

Différentes villes et communes, dont Bruxelles, Geel et Overijse, et organisations, telles la Vlaamse Milieumaatschappij (VMM) ou la Vlaams Energie Agentschap (VEA), sont déjà accompagnées par Tree company et utilisent l'outil. 'L'une des plus belles histoires est peut-être celle du budget citoyen dans le District d'Anvers', explique Nuytemans. 'Là, pas moins de dix pour-cent du budget du district a été attribué par les citoyens. Notre plate-forme accompagne tout le processus: de la demande initiale à propos des thèmes voulus, en passant par la décision à propos du montant financier prévu pour chaque thème, jusqu'au choix de projets spécifiques. En tout, les décisions prises l'année dernière ont ainsi porté sur 1,4 million d'euros.'

La machine sous-jacente à 'De Stemtest'

De plus, Tree company reste aussi la machine sous-jacente à 'De Stemtest' et à d'autres 'Stemwijzers', comme s'appelle son pendant aux Pays-Bas. 'Nous y sommes impliqués également par le biais d'un partenariat', ajoute Nuytemans. 'Car nous ciblons bien l'étranger. Nous sommes en négociations avec des clients potentiels pour des projets de participation, même si nous recherchons des partenaires locaux pour la partie consultance. Le module logiciel est toutefois suffisamment évolutif pour que nous le déployions partout. Nous sommes du reste aussi en train de progresser en Wallonie.'

Pour étendre la commercialisation de son produit, Tree company s'est associée à Indiville, Give a day et Bpact sous la banderole 'De betrokken partij'. 'Nous adoptons une approche commune et nous collaborons par conséquent étroitement pour nous adresser aux autorités locales. En outre, nous misons aussi sur nos propres projets en matière d'innovation démocratique en ligne. Nous soutenons ainsi www.jegemeentetelt.be, un site web donnant des éclaircissements sur ce à quoi l'argent d'une commune est consacré.'

Nuytemans et son cofondateur Erwin Berghmans ont créé Tree company avec des moyens propres. 'Comme nous avons commencé en faisant de la consultance, nous nous sommes suffi à nous-mêmes', affirme Nuytemans. 'Nous avons investi une partie de l'argent dans le logiciel. Cela nous a permis jusqu'à présent de croître suffisamment vite. Nous allons provisoirement poursuivre de la même manière. Nous devons encore examiner avec attention la nécessité de recueillir ou non du capital extérieur, mais nous ne l'excluons pas à l'avenir.'

Tree company

Siège social: Mortsel

Nombre d'associés: 2

A la recherche de capital supplémentaire? Provisoirement pas.

Site web: www.treecompany.be