Un départ sur les chapeaux de roue pour une nouvelle émanation de l'UGent

31/10/18 à 17:02 - Mise à jour à 02/11/18 à 14:51

Grâce à un investissement d'1,6 million d'euros, Sentea prend un départ en fanfare. La spin-off de l'UGent entend utiliser la technologie de la fibre optique pour contrôler en continu la sécurité des ponts et des bâtiments notamment, et envisage de le faire d'une manière plus économique que jamais grâce à une nouvelle méthode de mesure

Un départ sur les chapeaux de roue pour une nouvelle émanation de l'UGent

© .

Tout a commencé au sein du groupe de recherche photonique bien connu de l'UGent, où on a découvert que la photonique au silicium permettait de développer des puces fonctionnant non pas avec des impulsions électriques, mais avec la lumière. Ce faisant, il est possible de transférer des données en plus grande quantité nettement plus vite, ce qui se traduit par des applications pratiques, comme la connexion à des câbles à fibre optique pour effectuer des mesures.

'La fibre optique est un formidable matériau', explique Karsten Verhaegen de Sentea comme pour lui rendre hommage. 'Elle est très légère, occupe peu de place et permet de prévoir des points de mesurage en différents endroits sur sa longueur. Elle convient idéalement pour être incorporée par exemple dans une structure en béton et ainsi surveiller en permanence sa solidité. Je pense ici aux ponts, mais aussi à de grands édifices à étages, à des parcs d'éoliennes offshore, voire à des machines.'

Le principe est une merveille de simplicité, mais jusqu'à présent, la lecture fournie par ces câbles à fibre optique s'avérait coûteuse et complexe. 'Avec la technologie de la photonique au silicium, cela devient cependant très économique', ajoute Verhaegen. 'En intégrant toutes les fonctions optiques dans une même puce photonique au silicium, nous pouvons créer des appareils de lecture extrêmement précis, compacts et robustes pour fibres optiques. Cela devient ainsi abordable pour une large gamme de nouveaux marchés et applications, et cela permet un contrôle universel et permanent des structures. Idéalement, on pourrait intégrer dans chaque nouvelle structure ce genre de câble à fibre optique avec des points de mesure préprogrammés sur toute sa longueur, afin que les résultats soient lus et surveillés en continu dans un lieu central. On pourrait détecter ainsi précocement tout dommage et éviter les problèmes.'

L'UGent et l'imec ont compris les avantages de pareille technologie et ont décidé de créer la spin-off Sentea. 'L'objectif est à présent de mettre au point un produit - un système de lecture - qui puisse être mis sur le marché', affirme encore Verhaegen. 'Nous espérons pouvoir le lancer aux environs du mois de janvier, pour ensuite le commercialiser.' Le système suscite déjà l'intérêt, comme le démontre un rapport de recherche de MarketsandMarkets, qui estime que le marché du contrôle d'intégrité structurel croîtra en moyenne de quelque 17,93 pour cent par an en moyenne d'ici 2023.

Pour permettre le développement et la mise sur le marché des premiers produits, Sentea a directement fait l'objet d'un solide apport financier. L'UGent et l'imec ont en effet recueilli 1,6 million d'euros auprès d'un consortium d'investisseurs, dont des fonds comme Fidimec, Finindus, PMV et QBIC II. 'Nous entendons ainsi mettre à présent au point des systèmes de lecture de qualité. Pour ce qui est de la commercialisation, nous recourrons à des partenariats', conclut Verhaegen.

Sentea

Siège social: Gand

Nombre d'associés: 3 (9, si l'on tient compte des fonds d'investissement)

A la recherche de capital supplémentaire?: Non

Site web: www.senteatech.com

Nos partenaires