Les repas à domicile connaissent pas mal de succès en cette période de corona. De même d'ailleurs que les plates-formes qui veillent à ce que les restaurants puissent traiter de manière fluide l'afflux via différentes applis. C'est ainsi que Deliverect annonce aujourd'hui une importante phase d'investissement de 16,25 millions d'euros, dirigée par la canadienne Omers Venture. Les investisseurs existants Newion et Smartfin y ont aussi pris part, de même que les fondateurs Zhong Xu et Jan Hollez. Ces derniers avaient du reste précédemment été à la base de Posios, rebaptisé en Lightspeed, un logiciel de prise de commandes dans l'horeca au moyen d'une tablette.

Deliverect intègre des plates-formes de commande en ligne telles Uber Eats, Deliveroo, Takeaway, Glovo et Doordash dans le système de caisse enregistreuse existant des restaurants. Il en résulte que toutes les commandes entrantes sont traitées par le biais de ces applis et services dans le restaurant sous la forme d'une seule série entrante de commandes. Autrement dit, le personnel du restaurant ne doit plus ni suivre manuellement divers appareils et écrans, ni transférer les commandes par la voie manuelle vers le système de caisse enregistreuse. Cela signifie donc une charge de travail en moins pour le personnel, mais aussi moins de risque d'erreurs: tels sont les avantages qu'un abonnement SaaS Deliverect offre aux restaurants.

Deliverect a été fondée en 2018 et a depuis, lors, à l'entendre, traité plus de 3,5 millions de commandes. Ses principaux clients en Grande-Bretagne ont pour nom Absurd Bird, You Me Sushi, Taqueria et Crêpeaffaire. Chez nous, on trouve des noms connus tels Ellis Gourmet Burger, Lucy Chang, Balls & Glory et Bavet. La jeune pousse collabore aussi avec un géant comme Unilever et intègre Deliveroo et Uber Eats pour fournir par exemple aux clients la glace de Ben & Jerry.

L'entreprise occupe aujourd'hui une cinquantaine de personnes. L'argent obtenu à présent servira au développement de nouveaux produits, au renforcement de la position de la startup sur le marché européen, mais à coup sûr aussi à la poursuite d'une expansion internationale. Au départ de son siège gantois, Deliverect est déjà sortie de nos frontières en ouvrant des bureaux à Londres, Madrid, Toronto et New York.

Suite à la phase d'investissement, Jambu Palaniappian, managing partner chez Omers Ventures, devient administrateur chez Deliverect, tout comme Jurgen Ingels (Smartfin). Détail amusant: Jambu Palaniappian a travaillé un peu moins de six ans chez Uber Eats, dont quasiment deux ans comme directeur pour l'Europe et l'Asie. Depuis ce mois-ci, il est aussi conseiller chez Takeaway.com.

Les repas à domicile connaissent pas mal de succès en cette période de corona. De même d'ailleurs que les plates-formes qui veillent à ce que les restaurants puissent traiter de manière fluide l'afflux via différentes applis. C'est ainsi que Deliverect annonce aujourd'hui une importante phase d'investissement de 16,25 millions d'euros, dirigée par la canadienne Omers Venture. Les investisseurs existants Newion et Smartfin y ont aussi pris part, de même que les fondateurs Zhong Xu et Jan Hollez. Ces derniers avaient du reste précédemment été à la base de Posios, rebaptisé en Lightspeed, un logiciel de prise de commandes dans l'horeca au moyen d'une tablette.Deliverect intègre des plates-formes de commande en ligne telles Uber Eats, Deliveroo, Takeaway, Glovo et Doordash dans le système de caisse enregistreuse existant des restaurants. Il en résulte que toutes les commandes entrantes sont traitées par le biais de ces applis et services dans le restaurant sous la forme d'une seule série entrante de commandes. Autrement dit, le personnel du restaurant ne doit plus ni suivre manuellement divers appareils et écrans, ni transférer les commandes par la voie manuelle vers le système de caisse enregistreuse. Cela signifie donc une charge de travail en moins pour le personnel, mais aussi moins de risque d'erreurs: tels sont les avantages qu'un abonnement SaaS Deliverect offre aux restaurants.Deliverect a été fondée en 2018 et a depuis, lors, à l'entendre, traité plus de 3,5 millions de commandes. Ses principaux clients en Grande-Bretagne ont pour nom Absurd Bird, You Me Sushi, Taqueria et Crêpeaffaire. Chez nous, on trouve des noms connus tels Ellis Gourmet Burger, Lucy Chang, Balls & Glory et Bavet. La jeune pousse collabore aussi avec un géant comme Unilever et intègre Deliveroo et Uber Eats pour fournir par exemple aux clients la glace de Ben & Jerry.L'entreprise occupe aujourd'hui une cinquantaine de personnes. L'argent obtenu à présent servira au développement de nouveaux produits, au renforcement de la position de la startup sur le marché européen, mais à coup sûr aussi à la poursuite d'une expansion internationale. Au départ de son siège gantois, Deliverect est déjà sortie de nos frontières en ouvrant des bureaux à Londres, Madrid, Toronto et New York.Suite à la phase d'investissement, Jambu Palaniappian, managing partner chez Omers Ventures, devient administrateur chez Deliverect, tout comme Jurgen Ingels (Smartfin). Détail amusant: Jambu Palaniappian a travaillé un peu moins de six ans chez Uber Eats, dont quasiment deux ans comme directeur pour l'Europe et l'Asie. Depuis ce mois-ci, il est aussi conseiller chez Takeaway.com.