La startup anversoise Fielddrive utilise la reconnaissance faciale lors d'événements

28/01/19 à 17:26 - Mise à jour à 17:27

Il existe suffisamment de plates-formes qui vous aident à enregistrer les visiteurs de votre événement. Et ensuite? C'est précisément à cette phase postérieure que la jeune entreprise anversoise Fielddrive a décidé de se consacrer. Elle a donc développé un système aisément évolutif pour rendre le check-in aussi facile partout dans le monde, auquel elle vient d'ajouter la reconnaissance faciale.

La startup anversoise Fielddrive utilise la reconnaissance faciale lors d'événements

© Fielddrive

Danny Stevens sait de quoi il parle. Au début, il disposait en effet d'une plate-forme de ce genre qui, sur ses EventBrite, rationalisait l'enregistrement des visiteurs lors d'événements, de salons, etc. 'Jusqu'à ce que nous constations qu'il y a avait une lacune sur le marché au niveau de la phase ultérieure', explique-t-il. 'Ce qui se passe en effet une fois que les visiteurs ont acheté un ticket ou qu'ils se sont enregistré, c'est souvent de nouveau du travail manuel: impression des badges, accueil,... Et c'est sur ce créneau que nous nous sommes focalisés avec Fielddrive.'

Concrètement, cela signifie que Fielddrive simplifie tout spécialement cette phase. 'En général, la situation sur site se résume à plusieurs ordinateurs portables qui doivent être connectés à des imprimantes', ajoute Stevens. 'Nous avons donc mis au point un kiosque amovible où tout est présent, et qui ne doit plus qu'être relié à la wifi. Comme il est aussi facilement transportable, on peut en disposer partout dans le monde, et la capacité technique qui est exigée des hébergeurs sur site, est minimale.'

Fielddrive imprime non seulement les badges, mais peut aussi fournir une analyse des visiteurs à l'organisateur d'un événement. Qui s'est-il inscrit à quelle conférence? Qui est autorisé à accéder à l'espace VIP? Le système tient tout cela parfaitement à jour et fournit les données nécessaires via RFID, code-barres ou Bluetooth dans le badge. Mais la startup regarde à présent plus loin. Stevens: 'Nous envisageons d'intégrer aussi la reconnaissance faciale à notre solution. Ce faisant, le check-in pourra être encore plus rapide, car au moment où vous rendrez au guichet, le système vous comparera directement à la photo de passeport que vous y avez déposée lors de votre enregistrement.'

Confidentialité

Stevens n'y voit aucun problème de confidentialité: ' Nous avons introduit le système juste au moment de l'entrée en vigueur de la réglementation GDPR et nous nous y sommes totalement adaptés. Notre système ne conserve en effet pas la photo déposée, mais seulement l'info biométrique qu'il en tire. Et ce n'est qu'à l'approche du kiosque que l'info en question est comparée aux autres données saisies à l'inscription. Aucune donnée personnelle n'est donc stockée.'

Cette nouvelle technologie a valu à Fielddrive un important Tech Watch Award lors du salon événementiel international IBTM, et la progression de la startup est pour le moins rapide. Aujourd'hui, l'entreprise est présente dans dix-sept pays répartis sur tous les continents, et une centaine de kiosques sont en cours de production. Pour faire face à cette croissance accélérée, elle collabore avec un système partenaire qui se charge de la vente ou de la distribution locale de ces kiosques physiques. 'Notre activité, c'est la vente de crédits d'impression'', ajoute encore Stevens. 'Voilà pourquoi nous avons également retiré notre plate-forme d'enregistrement, afin que les concurrents de l'époque puissent devenir à présent des partenaires, qui font appel à nous pour le processus de suivi. A présent, nous essayons aussi d'établir des liens similaires avec des espaces événementiels et autres sites, afin qu'ils achètent ou louent notre technologie à leurs clients.'

Partager

Pourquoi ne pourrait-on pas aussi utiliser la reconnaissance faciale lors de festivals ou de rencontres de football, afin qu'en cas de problèmes, des visages puissent être rapidement comparés avec ceux de fauteurs de trouble bien connus?

Fielddrive est ce qu'elle est aujourd'hui en ne comptant que sur ses propres moyens, mais à présent, Stevens envisage un financement externe pour la prochaine étape: 'Pour développer nos ventes et pour poursuivre la recherche et le développement de notre produit, nous avons besoin de 2,5 millions d'euros environ. Cela peut provenir de capital-risqueurs ou de 'smart capital', au cas où des entreprises ayant le même genre d'activité seraient intéressées. Car nous avons encore pas mal de potentiel de croissance. Pourquoi ne pourrait-on en effet pas aussi utiliser la reconnaissance faciale lors de festivals ou de rencontres de football, afin qu'en cas de problèmes, des visages puissent être rapidement comparés avec ceux de fauteurs de trouble bien connus?'

Fielddrive

Siège social: Brasschaat

Nombre d'associés: 2

A la recherche de capital supplémentaire? Oui, quelque 2,5 millions d'euros sont recherché pour poursuivre l'expansion.

Site web: www.fielddrive.eu

En savoir plus sur: