AiVidens exploite l'intelligence artificielle pour évaluer en temps réel les fonds de dettes, mais aussi pour prévoir quels acteurs représentent un risque de défaut de paiement. Une technologie qui peut compter sur un supplément de capital, à présent que Faraday Ventures Partners, The Faktory Fund II et finance&invest.brussels y investissent conjointement 1,5 million d'euros. Avec cet argent, la scale-up souhaite s'étendre à l'international.

Pour Faraday Ventures Partners, il s'agit là du premier investissement en Belgique. 'Etant donné le contexte actuel et les incertitudes économiques, la solution d'AiVidens est indispensable pour chaque entreprise', estime François-Xavier Fanard, Managing Director Benelux de Faraday Ventures Partners. 'L'ère Covid a démontré combien il est important de contrôler toutes les particularités d'un accord commercial. La vente n'est pas un but en soi. Il s'agit surtout de s'assurer que le client paiera ses factures en temps voulu', déclare Edouard Beauvois, co-fondateur et CEO d'AiVidens.

AiVidens a ce mois-ci engagé cinq nouveaux collaborateurs. L'objectif est à présent de pénétrer sur de marchés inédits: d'abord en Europe, puis aux Etats-Unis.

AiVidens exploite l'intelligence artificielle pour évaluer en temps réel les fonds de dettes, mais aussi pour prévoir quels acteurs représentent un risque de défaut de paiement. Une technologie qui peut compter sur un supplément de capital, à présent que Faraday Ventures Partners, The Faktory Fund II et finance&invest.brussels y investissent conjointement 1,5 million d'euros. Avec cet argent, la scale-up souhaite s'étendre à l'international.Pour Faraday Ventures Partners, il s'agit là du premier investissement en Belgique. 'Etant donné le contexte actuel et les incertitudes économiques, la solution d'AiVidens est indispensable pour chaque entreprise', estime François-Xavier Fanard, Managing Director Benelux de Faraday Ventures Partners. 'L'ère Covid a démontré combien il est important de contrôler toutes les particularités d'un accord commercial. La vente n'est pas un but en soi. Il s'agit surtout de s'assurer que le client paiera ses factures en temps voulu', déclare Edouard Beauvois, co-fondateur et CEO d'AiVidens.AiVidens a ce mois-ci engagé cinq nouveaux collaborateurs. L'objectif est à présent de pénétrer sur de marchés inédits: d'abord en Europe, puis aux Etats-Unis.