En réalité, HomePass est un réseau wifi mesh se composant de 'Superpods', dont le premier doit être connecté à votre routeur, alors que les autres doivent être installés dans l'habitation en vue de fonctionner ensemble à l'instar d'un réseau.

Ce n'est pas nouveau certes, mais Plume va plus loin. Via l'appli HomePass, l'appareil regorge de possibilités: blocage de publicités, sécurité en ligne, protection IoT, mode confidentialité, réseaux hôtes, voire détection de mouvements pour protéger la maison.

Le hic, c'est que cela n'est pas bon marché. Chaque Superpod revient à quelque 99 euros, plus cent euros par an pour toutes les fonctions supplémentaires (incluses dans votre premier Superpod). Data News a testé les Superpods et leurs fonctions pendant plusieurs semaines et a examiné si le matériel et les services connexes valent leur prix.

Design, facilité d'installation et mise en oeuvre

Plume nous a fourni une boîte contenant trois Superpods. Ce que nous avons aussitôt apprécié, c'est le design sans chichi. Ni boutons ni antennes, mais simplement un appareil hexagonal argenté à deux ports ethernet, qui se branche sur une prise de courant. Nous avons quand même été déçus par l'absence d'un mode d'emploi, même si les explications pratiques se trouvent entièrement dans l'appli.

Nous aurions voulu nous étendre sur le processus d'installation, mais c'est inutile.

Vous créez votre compte dans l'appli et recevez les instructions pour connecter le premier Superpod avec un câble ethernet au routeur. Les autres Superpods s'installent idéalement là où du wifi rapide est le bienvenu.

PVL
© PVL

Nous aurions voulu nous étendre sur le processus d'installation, mais c'est inutile. On branche l'appareil sur une prise de courant, l'appli reconnaît l'extension et demande quelques minutes pour la configuration automatique. Ensuite, il est possible sur le smartphone de donner un nom au nouveau réseau, de choisir un mot de passe, et le tour est joué.

Notre installation de test recourait à une connexion Telenet offrant 300 Mbps en téléchargement (et 30 Mbps en chargement). Pas de problème dans le living, mais dans les recoins de la maison, surtout séparés par plusieurs murs, la vitesse décroissait radicalement. Tellement même que dans notre bureau, elle atteignait à peine encore 10-15 Mbps. Avec une solution 'powerline' récente, nous avons réussi à la porter à 80 Mbps. Mais nous avons dû renoncer à plus de deux tiers de notre vitesse internet.

PVL
© PVL

Nous avons aussi informé Plume que ce serait le principal critère: sa solution wifi est-elle meilleure que le routeur de Telenet en combinaison avec un adaptateur 'powerline'?

Vitesse

Plusieurs tests de vitesse effectués à divers moments de la journée et de la nuit démontrent incontestablement que le signal wifi est sensiblement supérieur à celui de notre équipement existant. Dans un premier temps, nous n'avons utilisé que deux Superpods: un dans le living et l'autre dans le bureau situé quelques pièces plus loin. Lors de notre pire mesurage (après-midi, juste après l'installation), nous avons directement obtenu 83 Mbps, ce qui est comparable à ce qu'offre la solution 'powerline'.

Si on donne au réseau un peu de temps pour s'optimaliser, on enregistre un doublement de la vitesse à 160 Mbps (et 28 Mbps en chargement), alors que l'outil ping en reste à 12-15 ms, ce qui est à peine supérieur à ce que nous venions de mesurer sur le routeur Telenet.

C'est surtout impressionnant, parce que la distance entre les deux Superpods est identique à celle entre le routeur Telenet et le PC, où nous atteignons à peine 10-15 Mbps. Mais comme c'est possible, nous installons notre troisième Superpod à mi-chemin dans le couloir et examinons si une amélioration est encore possible.

Avec les Superpods, on atteint des vitesses wifi exceptionnellement bonnes, même à travers plusieurs murs.

Cette fois, la vitesse grimpe jusqu'à 250-281 Mbps, ce qui est probablement le maximum technique, quand on sait qu'à proximité immédiate du routeur Telenet, on atteint en général 290 Mbps via wifi. Tous les tests effectués ici ont du resté été exécutés via Speedtest.net.

En résumé, nous pouvons confirmer que d'un point de vue technique, les Superpods offrent des vitesses exceptionnelles, même lorsque le signal doit transiter par plusieurs pièces et murs.

Lorsque nous retirons le troisième Superpod du couloir et le plaçons dans un autre recoin de l'habitation, l'appli détecte ce changement et demande quelques minutes de patience pour optimaliser la nouvelle configuration. Ici encore, pas besoin ni de réglages ni d'intervention. Tout va de soi.

Autre avantage: les appareils connectés au même routeur Telenet, mais pas au réseau Plume, peuvent être commandés. On peut ainsi commander les lampes connectées de Philips Hue (non branchées sur un Plume Superpod, mais bien sur le routeur Telenet), si on se trouve sur le réseau Plume.

Appareils et utilisateurs

L'appli HomePass est la clé d'accès au réseau. On y découvre notamment la possibilité d'offrir temporairement à un hôte un accès au réseau, ou uniquement un accès à internet, et donc pas un accès à d'autres appareils connectés au réseau.

Pour les autres membres de la famille et leurs appareils, il y a également des possibilités de gestion. Un smartphone ou un PC est automatiquement identifié et peut être associé à un utilisateur. Il est ensuite possible d'interdire temporairement l'accès à internet pour les appareils d'un utilisateur (soit tous les appareils, soit un appareil spécifique). Mais aussi d'activer ou de désactiver la sécurité en ligne, l'accès au contenu et le blocage des publicités.

Sécurité

HomePass propose par défaut tout un éventail de possibilité de protection. Rayon sécurité pure, la solution promet de rejeter automatiquement les sites de malware connus, les botnets, le phishing (hameçonnage), le spyware (espionniciel) et l'adware (publiciel), les enregistreurs et contrôleurs de frappes de touche, ainsi que les liens spam. Il est malaisé de tester l'étanchéité et l'efficience de la solution. Sachez qu'il ne s'agit en aucun cas d'une alternative à un logiciel de sécurité pour PC, mais elle s'avère en tout cas utile.

Blocage (et contournement) du contenu pornographique

Pour les enfants et les jeunes en général, il y a un 'limited content access' à trois niveaux: uniquement du contenu pour enfants, du contenu convenant aux teenagers et tout contenu à l'exception du contenu explicitement pour adultes. Ici, nous serons brefs: cela fonctionne à peine.

Il y a la possibilité de limiter du contenu pour les enfants, mais cela fonctionne à peine.

Nous plaçons notre PC sur 'kid appropriate', ouvrons une nouvelle fenêtre de navigation et visitons les bien connus Pornhub et Youporn. Ces derniers sont aussitôt bloqués. Mais il serait naïf de penser que votre rejeton cherche son inspiration dans ce domaine uniquement sur les sites les plus connus. Nous nous tournons par conséquent aussi vers 4Chan, un site malsain proposant des sections de photos et vidéos du rituel de l'accouplement humain, puis vers Reddit /r/gonewild.

PVL
© PVL

Ici, HomePass ne bloque rien. Nous sommes simplement les bienvenus. Même une recherche très banale d'images de 'naked women' sur Google fournit, avec le filtre de contenu activé, du contenu qui risque de heurter la sensibilité de votre enfant.

Si, sous 'manage security events', on examine les sites rejetés, on observe que Bloomberg.com, un site d'actualité financière, est lui-même bloqué parce qu'il propose des 'financial services'. Mais tel n'est pas le cas de sites où on peut acheter des bitcoins et d'autres crypto-espèces.

Pour terminer, nous recherchons un peu sur Youtube les scènes les plus sanglantes de Mortal Kombat 11. Ici encore, HomePass n'y voit aucun problème. Conclusion: il y a certes du blocage, mais c'est loin d'être suffisant.

Adblocker

Avec le bloqueur de publicités incorporé, on obtient la réaction inverse. Même si la navigation n'est pas interrompue, on observe que le chargement de nombreux sites s'effectue assez lentement. L'appli Homepass permet également de voir ce qui est rejeté. On s'aperçoit très vite que le filtre s'avère très strict.

C'est ainsi qu'un tas de domaines (inconnus de nous) sont bloqués, ainsi que quelques domaines publicitaires connus (Outbrain, Doubleclick,...). En outre, des serveurs de DPG (Het Laatste Nieuws, De Morgen,...) et de RMG.be (un serveur de Roularta, l'éditeur de Data News, Le Vif, Trends-Tendances,...) se voit attribuer le label 'spyware and adware'. La visite des sites d'actualité ne pose cependant en soi aucun problème.

PVL
© PVL

En résumé, le filtre de contenu s'avère trop faible, et l'adblocker trop strict. Heureusement, tous deux peuvent être aisément activés et désactivés. Quiconque veut quand même les utiliser, peut en outre bloquer ou autoriser individuellement des sites ou adresses IP.

Détection de mouvements

Une fonction supplémentaire qui nous a réellement enthousiasmés, c'est le détecteur de mouvements. Homepass crée un réseau entre les Superpods et les appareils connectés. A la moindre perturbation, le réseau sait qu'il y a du mouvement dans une pièce spécifique.

PVL
© PVL

Cela fonctionne avec une étonnante précision. Vous pourrez recevoir une notification en direct en cas de détection de mouvement, même si vous n'êtes vous-même pas à la maison. Mais vous obtiendrez aussi un aperçu de ce qui s'est passé le jour même, voire les sept derniers jours. Il existe même une possibilité de réduire un peu la sensibilité, afin d'ignorer les animaux domestiques.

Respect de la vie privée et consommation de données

On constate aussi qu'HomePass est respecte la confidentialité de chaque utilisateur. Malgré des fonctions telles la détection des mouvements, les réseaux hôtes et autres filtres de contenu, le gestionnaire du réseau n'a guère de vision de l'utilisation internet des appareils.

Seuls les serveurs de ce qu'on appelle les 'security events' (comme la visite de Pornhub ou de Bloomberg) sont consultables dans les historiques, avec la date et à condition que la limitation du contenu soit activée. Si un appareil visite d'autres sites, le gestionnaire du réseau peut ne pas s'y retrouver.

La seule chose qui soit alors possible, c'est examiner la consommation de données par appareil. Cela fonctionne assez précisément, à une seule exception près: chaque appareil connecté au wifi est actualisé, mais l'ordinateur de bureau qui est branché avec un câble réseau sur un Superpod, n'affiche pas le trafic de données

Conclusion: top pour l'essentiel, moins pour le reste

Nous sommes incroyablement enthousiastes à propos du HomePass de Plume. Le matériel fonctionne à merveille, s'avère particulièrement convivial et se configure de lui-même. Même si on déplace ou enlève les Superpods, on n'a rien à faire. Ajoutons que l'appli propose un éventail de possibilités d'identification et de gestion des appareils.

Pour l'essentiel, HomePass fait ce qu'il doit faire: garantir un internet plus rapide en toute simplicité.

Mais nous sommes moins enthousiastes à l'égard des suppléments. Le filtre de contenu et l'adblocker laissent trop à désirer, ce qui nous rend automatiquement dubitatifs quant à l'efficience de la protection promise contre les maliciels. Le détecteur de mouvements est toutefois un extra pratique qui fonctionne réellement.

Là où le bât blesse surtout, c'est qu'indépendamment du matériel, il faut débourser 99 euros par an pour ces services. Chez Plume, on déclare que l'optimalisation wifi intelligente est incluse dans l'abonnement, mais cela n'en reste pas moins beaucoup d'argent pour une plus-value limitée.

Il n'empêche que nous sommes quand même très satisfaits d'HomePass. Simplement parce qu'il tient sans problème sa promesse de base. Il assure un réseau wifi très performant, facile à mettre en oeuvre et à gérer. Les fonctions supplémentaires sont bonnes à prendre, mais l'essentiel, c'est qu'HomePass fait ce qu'il doit faire: garantir un internet plus rapide en toute simplicité.

PVL
© PVL
En réalité, HomePass est un réseau wifi mesh se composant de 'Superpods', dont le premier doit être connecté à votre routeur, alors que les autres doivent être installés dans l'habitation en vue de fonctionner ensemble à l'instar d'un réseau.Ce n'est pas nouveau certes, mais Plume va plus loin. Via l'appli HomePass, l'appareil regorge de possibilités: blocage de publicités, sécurité en ligne, protection IoT, mode confidentialité, réseaux hôtes, voire détection de mouvements pour protéger la maison.Le hic, c'est que cela n'est pas bon marché. Chaque Superpod revient à quelque 99 euros, plus cent euros par an pour toutes les fonctions supplémentaires (incluses dans votre premier Superpod). Data News a testé les Superpods et leurs fonctions pendant plusieurs semaines et a examiné si le matériel et les services connexes valent leur prix.Plume nous a fourni une boîte contenant trois Superpods. Ce que nous avons aussitôt apprécié, c'est le design sans chichi. Ni boutons ni antennes, mais simplement un appareil hexagonal argenté à deux ports ethernet, qui se branche sur une prise de courant. Nous avons quand même été déçus par l'absence d'un mode d'emploi, même si les explications pratiques se trouvent entièrement dans l'appli.Vous créez votre compte dans l'appli et recevez les instructions pour connecter le premier Superpod avec un câble ethernet au routeur. Les autres Superpods s'installent idéalement là où du wifi rapide est le bienvenu.Nous aurions voulu nous étendre sur le processus d'installation, mais c'est inutile. On branche l'appareil sur une prise de courant, l'appli reconnaît l'extension et demande quelques minutes pour la configuration automatique. Ensuite, il est possible sur le smartphone de donner un nom au nouveau réseau, de choisir un mot de passe, et le tour est joué.Notre installation de test recourait à une connexion Telenet offrant 300 Mbps en téléchargement (et 30 Mbps en chargement). Pas de problème dans le living, mais dans les recoins de la maison, surtout séparés par plusieurs murs, la vitesse décroissait radicalement. Tellement même que dans notre bureau, elle atteignait à peine encore 10-15 Mbps. Avec une solution 'powerline' récente, nous avons réussi à la porter à 80 Mbps. Mais nous avons dû renoncer à plus de deux tiers de notre vitesse internet. Nous avons aussi informé Plume que ce serait le principal critère: sa solution wifi est-elle meilleure que le routeur de Telenet en combinaison avec un adaptateur 'powerline'?Plusieurs tests de vitesse effectués à divers moments de la journée et de la nuit démontrent incontestablement que le signal wifi est sensiblement supérieur à celui de notre équipement existant. Dans un premier temps, nous n'avons utilisé que deux Superpods: un dans le living et l'autre dans le bureau situé quelques pièces plus loin. Lors de notre pire mesurage (après-midi, juste après l'installation), nous avons directement obtenu 83 Mbps, ce qui est comparable à ce qu'offre la solution 'powerline'.Si on donne au réseau un peu de temps pour s'optimaliser, on enregistre un doublement de la vitesse à 160 Mbps (et 28 Mbps en chargement), alors que l'outil ping en reste à 12-15 ms, ce qui est à peine supérieur à ce que nous venions de mesurer sur le routeur Telenet.C'est surtout impressionnant, parce que la distance entre les deux Superpods est identique à celle entre le routeur Telenet et le PC, où nous atteignons à peine 10-15 Mbps. Mais comme c'est possible, nous installons notre troisième Superpod à mi-chemin dans le couloir et examinons si une amélioration est encore possible. Cette fois, la vitesse grimpe jusqu'à 250-281 Mbps, ce qui est probablement le maximum technique, quand on sait qu'à proximité immédiate du routeur Telenet, on atteint en général 290 Mbps via wifi. Tous les tests effectués ici ont du resté été exécutés via Speedtest.net.En résumé, nous pouvons confirmer que d'un point de vue technique, les Superpods offrent des vitesses exceptionnelles, même lorsque le signal doit transiter par plusieurs pièces et murs.Lorsque nous retirons le troisième Superpod du couloir et le plaçons dans un autre recoin de l'habitation, l'appli détecte ce changement et demande quelques minutes de patience pour optimaliser la nouvelle configuration. Ici encore, pas besoin ni de réglages ni d'intervention. Tout va de soi.Autre avantage: les appareils connectés au même routeur Telenet, mais pas au réseau Plume, peuvent être commandés. On peut ainsi commander les lampes connectées de Philips Hue (non branchées sur un Plume Superpod, mais bien sur le routeur Telenet), si on se trouve sur le réseau Plume.L'appli HomePass est la clé d'accès au réseau. On y découvre notamment la possibilité d'offrir temporairement à un hôte un accès au réseau, ou uniquement un accès à internet, et donc pas un accès à d'autres appareils connectés au réseau.Pour les autres membres de la famille et leurs appareils, il y a également des possibilités de gestion. Un smartphone ou un PC est automatiquement identifié et peut être associé à un utilisateur. Il est ensuite possible d'interdire temporairement l'accès à internet pour les appareils d'un utilisateur (soit tous les appareils, soit un appareil spécifique). Mais aussi d'activer ou de désactiver la sécurité en ligne, l'accès au contenu et le blocage des publicités.HomePass propose par défaut tout un éventail de possibilité de protection. Rayon sécurité pure, la solution promet de rejeter automatiquement les sites de malware connus, les botnets, le phishing (hameçonnage), le spyware (espionniciel) et l'adware (publiciel), les enregistreurs et contrôleurs de frappes de touche, ainsi que les liens spam. Il est malaisé de tester l'étanchéité et l'efficience de la solution. Sachez qu'il ne s'agit en aucun cas d'une alternative à un logiciel de sécurité pour PC, mais elle s'avère en tout cas utile.Pour les enfants et les jeunes en général, il y a un 'limited content access' à trois niveaux: uniquement du contenu pour enfants, du contenu convenant aux teenagers et tout contenu à l'exception du contenu explicitement pour adultes. Ici, nous serons brefs: cela fonctionne à peine.Nous plaçons notre PC sur 'kid appropriate', ouvrons une nouvelle fenêtre de navigation et visitons les bien connus Pornhub et Youporn. Ces derniers sont aussitôt bloqués. Mais il serait naïf de penser que votre rejeton cherche son inspiration dans ce domaine uniquement sur les sites les plus connus. Nous nous tournons par conséquent aussi vers 4Chan, un site malsain proposant des sections de photos et vidéos du rituel de l'accouplement humain, puis vers Reddit /r/gonewild.Ici, HomePass ne bloque rien. Nous sommes simplement les bienvenus. Même une recherche très banale d'images de 'naked women' sur Google fournit, avec le filtre de contenu activé, du contenu qui risque de heurter la sensibilité de votre enfant.Si, sous 'manage security events', on examine les sites rejetés, on observe que Bloomberg.com, un site d'actualité financière, est lui-même bloqué parce qu'il propose des 'financial services'. Mais tel n'est pas le cas de sites où on peut acheter des bitcoins et d'autres crypto-espèces.Pour terminer, nous recherchons un peu sur Youtube les scènes les plus sanglantes de Mortal Kombat 11. Ici encore, HomePass n'y voit aucun problème. Conclusion: il y a certes du blocage, mais c'est loin d'être suffisant.Avec le bloqueur de publicités incorporé, on obtient la réaction inverse. Même si la navigation n'est pas interrompue, on observe que le chargement de nombreux sites s'effectue assez lentement. L'appli Homepass permet également de voir ce qui est rejeté. On s'aperçoit très vite que le filtre s'avère très strict.C'est ainsi qu'un tas de domaines (inconnus de nous) sont bloqués, ainsi que quelques domaines publicitaires connus (Outbrain, Doubleclick,...). En outre, des serveurs de DPG (Het Laatste Nieuws, De Morgen,...) et de RMG.be (un serveur de Roularta, l'éditeur de Data News, Le Vif, Trends-Tendances,...) se voit attribuer le label 'spyware and adware'. La visite des sites d'actualité ne pose cependant en soi aucun problème.En résumé, le filtre de contenu s'avère trop faible, et l'adblocker trop strict. Heureusement, tous deux peuvent être aisément activés et désactivés. Quiconque veut quand même les utiliser, peut en outre bloquer ou autoriser individuellement des sites ou adresses IP.Une fonction supplémentaire qui nous a réellement enthousiasmés, c'est le détecteur de mouvements. Homepass crée un réseau entre les Superpods et les appareils connectés. A la moindre perturbation, le réseau sait qu'il y a du mouvement dans une pièce spécifique.Cela fonctionne avec une étonnante précision. Vous pourrez recevoir une notification en direct en cas de détection de mouvement, même si vous n'êtes vous-même pas à la maison. Mais vous obtiendrez aussi un aperçu de ce qui s'est passé le jour même, voire les sept derniers jours. Il existe même une possibilité de réduire un peu la sensibilité, afin d'ignorer les animaux domestiques.On constate aussi qu'HomePass est respecte la confidentialité de chaque utilisateur. Malgré des fonctions telles la détection des mouvements, les réseaux hôtes et autres filtres de contenu, le gestionnaire du réseau n'a guère de vision de l'utilisation internet des appareils.Seuls les serveurs de ce qu'on appelle les 'security events' (comme la visite de Pornhub ou de Bloomberg) sont consultables dans les historiques, avec la date et à condition que la limitation du contenu soit activée. Si un appareil visite d'autres sites, le gestionnaire du réseau peut ne pas s'y retrouver.La seule chose qui soit alors possible, c'est examiner la consommation de données par appareil. Cela fonctionne assez précisément, à une seule exception près: chaque appareil connecté au wifi est actualisé, mais l'ordinateur de bureau qui est branché avec un câble réseau sur un Superpod, n'affiche pas le trafic de donnéesNous sommes incroyablement enthousiastes à propos du HomePass de Plume. Le matériel fonctionne à merveille, s'avère particulièrement convivial et se configure de lui-même. Même si on déplace ou enlève les Superpods, on n'a rien à faire. Ajoutons que l'appli propose un éventail de possibilités d'identification et de gestion des appareils.Mais nous sommes moins enthousiastes à l'égard des suppléments. Le filtre de contenu et l'adblocker laissent trop à désirer, ce qui nous rend automatiquement dubitatifs quant à l'efficience de la protection promise contre les maliciels. Le détecteur de mouvements est toutefois un extra pratique qui fonctionne réellement. Là où le bât blesse surtout, c'est qu'indépendamment du matériel, il faut débourser 99 euros par an pour ces services. Chez Plume, on déclare que l'optimalisation wifi intelligente est incluse dans l'abonnement, mais cela n'en reste pas moins beaucoup d'argent pour une plus-value limitée.Il n'empêche que nous sommes quand même très satisfaits d'HomePass. Simplement parce qu'il tient sans problème sa promesse de base. Il assure un réseau wifi très performant, facile à mettre en oeuvre et à gérer. Les fonctions supplémentaires sont bonnes à prendre, mais l'essentiel, c'est qu'HomePass fait ce qu'il doit faire: garantir un internet plus rapide en toute simplicité.