L'approche est claire: pour 24 euros, les parents acquièrent un bracelet au design agréable et branché (grâce au partenaire Studio 100) qui établit via Bluetooth une connexion avec le smartphone des parents par le truchement de l'appli fournie gratuitement à l'achat. Dès ce moment, les parents reçoivent automatiquement un avertissement, si leur progéniture s'éloigne trop: un type d'approche proactive donc.

Suite à une promotion limitée par online marketing, un peu moins de 2.000 de ces bracelets ont été vendus cet été déjà. A présent que la saison est terminée, les concepteurs veulent aussi cibler les parcs d'attractions et d'autres événements familiaux. Mathieu Cardinael de The Craftsmen BVBA, qui a développé le produit, voit grand: "Nous voulons évidemment proposer notre produit dans toute l'Europe, mais il nous faut pour cela trouver des distributeurs locaux. Pour l'instant, les ventes ne se font que par le biais d'un magasin web, mais pour acquérir de la notoriété, nous aurons besoin de points de vente, y compris en Belgique du reste, où nous souhaitons négocier avec Mediamarkt ou la Fnac pour la commercialisation de nos bracelets.

"Nous avons besoin d'une masse d'utilisateurs pour faire fonctionner notre communauté, ce qui est important aussi: tous les utilisateurs peuvent en effet participer aux recherches d'un enfant égaré", apprend-on. D'ici l'été prochain, Cardinael espère dépasser le cap des 25.000 utilisateurs: une fameuse étape sur le chemin du business plan qui prévoit d'être rentable au bout de 19 mois.

200.000 euros ont déjà été investis dans Bino: deux tiers de ce montant proviennent de la brugeoise Duo Digital Factory, qui a aussi participé au développement de l'aspect technique de l'affaire, et un tiers émane de fonds privés des associés. "Afin de nous étendre, nous recherchons activement davantage d'investisseurs pour pouvoir financer la poursuite de la promotion et du marketing", explique Cardinael. "Voilà pourquoi nous nous rendrons en novembre au Web Summit de Dublin, pour y rencontrer des fonds d'investissement."

Passeport

Appellation: Bino

Siège social: Bruges

Effectifs: 4 associés

Capital: à la recherche d'investisseurs supplémentaires

Site web: www.mybino.com

L'approche est claire: pour 24 euros, les parents acquièrent un bracelet au design agréable et branché (grâce au partenaire Studio 100) qui établit via Bluetooth une connexion avec le smartphone des parents par le truchement de l'appli fournie gratuitement à l'achat. Dès ce moment, les parents reçoivent automatiquement un avertissement, si leur progéniture s'éloigne trop: un type d'approche proactive donc.Suite à une promotion limitée par online marketing, un peu moins de 2.000 de ces bracelets ont été vendus cet été déjà. A présent que la saison est terminée, les concepteurs veulent aussi cibler les parcs d'attractions et d'autres événements familiaux. Mathieu Cardinael de The Craftsmen BVBA, qui a développé le produit, voit grand: "Nous voulons évidemment proposer notre produit dans toute l'Europe, mais il nous faut pour cela trouver des distributeurs locaux. Pour l'instant, les ventes ne se font que par le biais d'un magasin web, mais pour acquérir de la notoriété, nous aurons besoin de points de vente, y compris en Belgique du reste, où nous souhaitons négocier avec Mediamarkt ou la Fnac pour la commercialisation de nos bracelets."Nous avons besoin d'une masse d'utilisateurs pour faire fonctionner notre communauté, ce qui est important aussi: tous les utilisateurs peuvent en effet participer aux recherches d'un enfant égaré", apprend-on. D'ici l'été prochain, Cardinael espère dépasser le cap des 25.000 utilisateurs: une fameuse étape sur le chemin du business plan qui prévoit d'être rentable au bout de 19 mois.200.000 euros ont déjà été investis dans Bino: deux tiers de ce montant proviennent de la brugeoise Duo Digital Factory, qui a aussi participé au développement de l'aspect technique de l'affaire, et un tiers émane de fonds privés des associés. "Afin de nous étendre, nous recherchons activement davantage d'investisseurs pour pouvoir financer la poursuite de la promotion et du marketing", explique Cardinael. "Voilà pourquoi nous nous rendrons en novembre au Web Summit de Dublin, pour y rencontrer des fonds d'investissement."PasseportAppellation: BinoSiège social: BrugesEffectifs: 4 associésCapital: à la recherche d'investisseurs supplémentairesSite web: www.mybino.com