La filiale de Facebook Whatsapp entame une action en justice contre l'entreprise israélienne de sécurité NSO Group. Celle-ci aurait utilisé une vulnérabilité de WhatsApp pour prendre la main sur des smartphones. Quelque 1.500 personnes, dont des activités des droits des citoyens, diplomates, journalistes et fonctionnaires publics auraient été piratés. NSO réfute ces accusations.