Comment résumeriez-vous les premiers temps de l'informatique de NewB ?
...

Comment résumeriez-vous les premiers temps de l'informatique de NewB ? yves konen: NewB a été fondée en 2011 sous forme de société coopérative par 25 associations dans le contexte de la crise bancaire de 2008/2009. L'ambition était de faire une banque éthique. En 2013, la souscription a été ouverte sur le site Web et pas moins de 40.000 personnes sont devenues coopérateurs en quelques semaines, preuve de l'intérêt pour une telle initiative et pour le modèle de banque proposé. Dès le départ, le coeur de l'informatique de NewB est son site Web et son registre des coopérateurs qui est la base de données au centre de notre infrastructure IT et de notre activité. Début 2016, NewB a lancé sous la marque GoodPay une carte de paiement prépayée de type MasterCard émise par Prepaid Financial Services. L'impact informatique pour NewB était très limité. Le challenge était surtout marketing et commercial. La même année, le groupe Monceau Assurances a investi 10 millions ? dans NewB. Ensemble, nous avons lancé un premier produit d'assurance voiture avec une souscription entièrement via notre site Web en quelques questions. Votre arrivée coïncide avec le début du développement de l'activité assurances. yves konen: J'ai en effet été recruté fin 2015 pour construire, avec le CEO de l'époque, l'activité d'assurances : recherche de l'assureur, business model, plan financier et démarrage de l'activité d'intermédiaire. A l'époque, la société comptait 12 collaborateurs, dont un seul informaticien en interne. Tout était donc sous-traité ? yves konen: Effectivement. Nous avons établi un partenariat avec un intermédiaire en assurances qui nous a fourni la plateforme informatique adéquate. Il aurait été difficile d'engager des informaticiens ayant des connaissances métier aussi pointues. Nous avons aussi sous-traité le développement de notre nouveau site Web, notre seul canal de communication, avec le téléphone. A chaque étape de la vie de NewB, les partenariats ont été déterminants dans le développement de l'entreprise. Quelle fut alors l'évolution ? yves konen: Compte tenu du succès croissant de GoodPay et des projets en assurances, l'informatique s'est progressivement étoffée. Ainsi, le lancement de la souscription dans le cadre de l'activité assurances a nécessité la refonte de notre site Web. Jusqu'alors en effet, nous ne disposions que de quelques pages Web et d'une plateforme assez simple, mais éparpillée. Nous avons alors décidé de recentraliser et de rapatrier en interne l'informatique qui était dispersée et nécessitait donc pas mal d'interconnexions. Toujours dans un souci de limitation des coûts et de facilité, nous avons choisi d'héberger toute l'infrastructure dans le cloud. Par ailleurs, les projets d'élargissement de notre portefeuille d'assurances nécessitaient d'automatiser au maximum les processus et de permettre en quelques minutes une souscription en ligne avec proposition d'offre. Ici également, les maîtres mots étaient sobriété et simplicité. Quelle est la situation de l'IT aujourd'hui ? yves konen: En début d'année, nous avons préparé notre gouvernance informatique dans l'optique de l'obtention de l'agrément de la Banque Centrale Européenne et de la Banque Nationale de Belgique dont le feu vert marque la dernière étape avant le lancement véritable de l'activité bancaire. Nous avons cherché et trouvé un progiciel bancaire ne nécessitant que quelques développements sur-mesure et une paramétrisation selon nos spécificités. Nous collaborons également avec un hébergeur pour notre future infrastructure bancaire. Ici également, nous avons fait le choix de la sous-traitance à des partenaires professionnels reconnus. A cet égard, un contrat a été signé début mai avec NRB, après un an et demi de négociations, partiellement suspendues durant les quelques mois de la campagne de capitalisation fin 2019. [Voir également notre site Web du 11 mai pour le détail des contrats conclus avec NRB pour l'infrastructure et Mainsys pour les logiciels bancaires, NDLR] Comment se présente dès lors votre département IT interne ? yves konen: Le département informatique de NewB comprend aujourd'hui 5 personnes sur un effectif total d'une vingtaine de collaborateurs. Nos informaticiens s'occupent surtout de l'analyse métier, des développements Web, de nos outils internes ainsi que de la bureautique. Mais, pour moi, l'activité s'oriente de plus en plus vers la gestion des sous-traitants. Une gestion d'autant plus importante qu'elle est l'un des aspects essentiels de la législation bancaire à laquelle nous devons nous conformer, notamment en termes de maîtrise des sous-traitants, de SLA, de contrôle, de continuité et de sécurité. Concrètement, la législation nous impose de garder un contrôle fort sur les activités sous-traitées. Comment voyez-vous l'évolution de l'IT à présent que l'agrément bancaire est obtenu ? yves konen: Nous allons continuer à rester sobre et conserver la taille actuelle de l'équipe informatique, peut-être en la renforçant au niveau de la sécurité, de la gouvernance ou de l'infrastructure. Certes, nos plateformes iront en se complexifiant. Mais nous sommes entourés de sous-traitants qui nous aiderons à mettre en place les nouveaux éléments nécessaires à l'activité bancaire. Il faut savoir qu'à présent que l'agrément bancaire est obtenu, les fonds récoltés ont été convertis en capital et en parts. Mais nous allons par ailleurs continuer à gérer les investissements IT dans le même esprit de sobriété. Quant aux recrutements, notre marge de manoeuvre salariale est assez faible, compte tenu que nos règles imposent une tension maximale de 1 à 5 entre le salaire le plus haut et le plus bas. Cela étant, nous recrutons surtout des personnes pour qui notre projet fait sens. Quelles sont vos relations avec la direction générale ? yves konen: Depuis que NewB est une banque, un nouveau comité de direction est en place, conformément à la loi bancaire, avec trois personnes : le CEO, le CFO/COO, entendez le responsable financier et opérationnel, et le CRO ou Chief Risk Officer. L'informatique dépend du CFO/COO. Sachant que l'on reste dans une structure relativement petite, l'ambiance chez NewB est agréable et presque familiale. La petite taille de l'entreprise et la simplicité de l'outil IT avec un héritage très restreint permettent à l'informatique de s'aligner rapidement et facilement sur la stratégie de l'entreprise. Qu'en est-il de l'innovation ? yves konen: Il va de soi que pour NewB, la numérisation est essentielle du fait que nous sommes une petite structure et que le seul contact avec nos clients est le téléphone ou les outils informatiques. Mais il faut éviter l'effet pervers du numérique sur les personnes les plus fragilisées, sachant que NewB prône l'inclusion. Par ailleurs, pas question de faire de l'innovation pour l'innovation. Ainsi, la blockchain n'est pas pertinente à nos yeux aujourd'hui. En revanche, le 'chat' et le téléphone permettent de conserver le contact humain. Nous sommes une sorte de fintech puisque nous créons des solutions simples sans héritage à supporter, mais sans inventer un métier nouveau.