Fondée en 2002 par Allen White (expert en consolidation légale, auteur d'ouvrages sur le thème et professeur), Sigma Conso a d'abord attaqué le marché belge avant de décider en 2006, vu la taille du marché, de s'internationaliser, puis en 2008-2010 de refondre son produit pour le rendre 100% à base Web. " Nous n'avions pas choisi la facilité à une époque où le SaaS n'était pas encore de mode et bien avant nos concurrents. D'ailleurs, aujourd'hui encore, certains grands du marché ne sont pas encore 'full-SaaS', tient à souligner Dominique Galloy, CEO. Notre suite logicielle Sigma Conso se veut en outre multilingue, intersociété et multinorme. De plus, il couvre la consolidation légale, le 'reporting' de gestion ainsi que la budgétisation et la planification stratégique, avec une dimension de 'forecasting'. "

Succès

Dès 2012, la société se lance à l'étranger pour couvrir désormais la France, les Pays-Bas, l'Italie et depuis peu l'Espagne et le Portugal, outre des distributeurs en Asie ainsi qu'un réseau étendu de partenaires d'implémentation (style KPMG, Deloitte, EY, PwC, Agilos ou encore Element61). " Notre objectif est de simplifier les processus financiers. Outre notre métier d'éditeur de logiciels, nous proposons également une entité de formations et de conseils, ce qui fait notre spécificité par rapport à la concurrence. " Une concurrence faite surtout de grands noms de l'IT, comme IBM, SAP ou Oracle. " Notre succès s'explique surtout par notre combinaison d'outils associés à des services de formation et l'implémentation, ce qui fait de Sigma Conso un 'one-stop shop' ", poursuit Dominique Galloy qui insiste aussi sur la fidélité de ses clients. De même, il souligne le coût d'implémentation très court (et donc financièrement abordable). " Le client oublie trop souvent le coût total d'utilisation de l'application, un argument qui plaide en notre faveur ", note encore le CEO.

Présente désormais dans 20 pays et desservant plus de 600 clients (dont 200 environ chez nous, avec 25% des sociétés du Bel20 parmi ses références), l'entreprise connaît une croissance de 15 à 20% depuis 5 ans et emploie désormais 45 personnes, avec une rotation très faible de ses effectifs. " Mais nous sommes à la recherche d'une dizaine de profils, notamment en .Net. " Car la société est un partenaire privilégié de Microsoft. " Question de rester focalisé ", précise Dominique Galloy.

Ambitions

Désormais, Sigma Conso affiche clairement ses ambitions. D'abord, continuer à étoffer sa palette d'outils de CPM. Par ailleurs, la version 3 de la suite lancée en début d'année supporte désormais le protocole de communication directe intégrée Odata qui permet le dialogue avec les données transactionnelles. De même, le produit offre maintenant l'authentification multi-facteur et le 'single sign-on' pour une sécurité optimale, tandis que l'intelligence artificielle est d'ores et déjà intégrée sous forme de modèles prévisionnels.

" Nous avons encore quelques belles années d'avance sur la concurrence, surtout les acteurs américains qui s'orientent vers le 'reporting' et la budgétisation, mais perdent l'aspect de consistance de l'offre et la rigueur des chiffres bruts ", estime encore le CEO.

Par ailleurs, Sigma Conso se félicite d'avoir été cité par le cabinet Gartner, plus spécifiquement le site d'avis vérifiés Gartner Peer Insights, " ce qui démontre la confiance des clients. " En revanche, l'entreprise ne figure toujours pas dans le quadrant magique. Pas assez américaine et de taille peut-être encore trop modeste, croit savoir Dominique Galloy. Une taille que le CEO compte bien accroître en s'implantant au Royaume-Uni et en Scandinavie, et en recrutant de nouveaux partenaires intégrateurs et revendeurs.