Reynaers Aluminium développe des solutions d'aluminium pour fenêtres, portes, systèmes de façade, systèmes coulissants, protection solaire et vérandas. Au cours des 5 dernières années, l'entreprise a doublé son chiffre d'affaires et atteint ainsi ses objectifs commerciaux. Du fait de cette croissance rapide, Reynaers a toutefois atteint les limites de son stockage - une solution basée sur Dell EMC VNX. " Aujourd'hui, nous misons pleinement sur la numérisation, explique Patrick Elsen, responsable de l'infrastructure. Pourtant, ce choix stratégique - lequel avait un impact majeur sur la production de données - n'avait pas encore été évoqué au moment de l'achat du stockage. " En d'autres termes, les besoins en stockage ont évolué nettement plus vite que prévu initialement.

Le message de Pure était non seulement relativement nouveau, mais aussi différent.

Dès lors, Reynaers Aluminium a décidé de prendre ce problème à bras le corps et d'en profiter pour repenser totalement son stockage. " Il n'était pas évident d'étendre l'infrastructure existante, explique Patrick Elsen, sachant qu'il n'y avait plus de place dans les châssis existants. " En soi, Reynaers avait toujours été satisfait de la solution utilisée. " Même s'il s'agissait d'une approche assez complexe pour un non-initié. Vous savez, le matériel et la configuration ne font pas partie de notre coeur de métier, ce qui nous obligeait à faire appel à des consultants extérieurs pour toute intervention. " C'est notamment cette dépendance vis-à-vis d'une expertise externe que Reynaers voulait supprimer.

Ambitieux

L'entreprise a analysé les solutions possibles offertes par Dell EMC, NetApp et Pure Storage. " Le message de Pure était non seulement relativement nouveau, mais aussi différent, poursuit Patrick Elsen. Les fournisseurs classiques vendent essentiellement du matériel. " Or chez Pure Storage, les choses étaient d'emblée différentes puisque Pure propose du 'Storage-as-a-Service'. En outre, Reynaers pouvait conserver sa plateforme, avec miroir croisé entre les deux centres de données de l'entreprise. " Au début, nous étions sceptiques, sans plus, note encore Patrick Elsen. Mais nous avons fait un projet pilote et en quelques heures, le nouvel environnement pouvait déjà réellement tourner avec VMware. "

En tant que partenaire, Proact a installé une machine de Pure Storage pour le projet pilote. " Si la solution ne nous convenait pas, précise Patrick Elsen, nous pouvions simplement la renvoyer après 3 mois. " Mais ce ne fut pas nécessaire. Pure a fait entrevoir une déduplication par un facteur 3. " Cela nous paraissait aussi particulièrement ambitieux. Mais si l'objectif n'était pas atteint, Pure nous fournissait du matériel supplémentaire. Mais dans les faits, les prévisions en termes de compression et de déduplication se sont avérées. " Reynaers a dès lors décidé de poursuivre le projet. Reste que même au niveau des machines de production, tout a continué à fonctionner même plus rapidement que par le passé. " Les collaborateurs nous ont demandé ce que nous avions fait, car les applications tournaient sensiblement plus vite qu'autrefois. Il faut dire qu'il s'agit d'une remarque que l'on entend rarement ", sourit-il.

Pari réussi

Pour Reynaers, ce concept de 'Storage-as-a-Service' apporte surtout davantage de simplicité au niveau de la gestion et se traduit notamment dans la manière dont le suivi et le monitoring sont organisés. " C'est ainsi que le monitoring se fait via une interface REST, note encore Patrick Elsen. C'est nettement plus moderne qu'avec un stockage classique. " Reste à savoir si Proact a correctement évalué les besoins en stockage de Reynaers Aluminium. " Nous l'espérons en tout cas, conclut Patrick Elsen. A ce stade, tout l'indique. Vous savez, dans le cas de projets de stockage, il existe souvent une certaine différence entre la théorie et la pratique, même si tel ne semble pas le cas ici. " Quoi qu'il en soit, Reynaers est l'une des premières entreprises belges à baser son stockage sur un 'cluster' de Pure Storage. " C'est peut-être un pari, conclut Patrick Elsen, mais il apparaît comme réussi à nos yeux. "