Dans l'ensemble, la Belgique est confrontée à un taux relativement élevé d'emplois vacants, estime le rapport. Le nombre d'offres d'emploi a augmenté de 11,1% en 2018, tandis que 3,4% de l'ensemble des fonctions vacantes en Belgique au dernier trimestre 2018 n'ont pas été remplies. Soit plus que la moyenne européenne. L'emploi progresse par ailleurs plus rapidement chez nous que dans le reste de la zone euro.

Salaire et avantages extralégaux

Du coup, le salaire des nouveaux engagés progresse dans de nombreux secteurs. Par ailleurs, 1 Belge sur 4 a reçu une augmentation de salaire au 1er semestre 2019, question non seulement d'attirer les meilleurs talents, mais aussi de les retenir. Ce sont surtout les employés jusqu'à 35 ans et travaillant à Bruxelles qui ont profité d'une hausse de leur salaire.

Mais le salaire n'est pas le seul moyen de fidéliser ses collaborateurs. En effet, la rémunération n'est importante que pour 3 Belges sur 10. Ainsi, les jeunes ont d'autres priorités et estiment souvent que l'enveloppe salariale globale est plus intéressante. En outre, les collaborateurs accordent toujours plus d'importance à d'autres aspects de leur emploi, comme la valorisation, la collaboration entre collègues, l'impact de leur travail ou la culture d'entreprise. Bref, l'aspect de bien-être. Une hausse de salaire ne suffit donc plus en tant que département RH, comme le montre l'étude.

Entre-temps dans l'IT

Qu'en est-il précisément dans l'IT ? Dans l'informatique, les salaires sont en moyenne supérieurs - mais est-ce vraiment une surprise ? ¬ à ceux d'autres secteurs. De même, les avantages extralégaux sont plus généreux comme l'a d'ailleurs à maintes reprises prouvé l'enquête Salaires de Data News qui insiste année après année sur l'importance primordiale de la voiture du société (en dépit des marches pour le climat).

Entre-temps, 66% des CIO belges interrogés par Robert Half indiquent qu'il est désormais plus difficile de recruter du personnel qualifié que voici 5 ans. En outre, une majorité de ces CIO ne s'attend pas à une évolution positive de la situation. Ainsi, 64% précisent s'attendre dans les 5 prochaines années à davantage de difficultés pour trouver les talents adéquats. Sont surtout visés les domaines de la gestion IT (42%) des réseaux (32%) et de la gestion des bases de données (30%).

A noter que l'on constate surtout une demande pour des profils juniors et moyens. Le rapport précise que les demandes d'emploi pour les débutants dépassent largement le nombre de candidats disponibles. C'est à partir de 10 à 15 ans d'expérience que l'offre et la demande semblent s'équilibrer.

Par ailleurs, les employeurs attendent des informaticiens qu'ils soient nettement plus communicatifs, toujours d'après le rapport. Les temps changent et les informaticiens doivent toujours plus faire office de lien entre les solutions IT et les utilisateurs finaux, ce qui nécessite des compétences sociales. Dès lors, la demande porte surtout sur des profils capables de combiner compétences techniques et intelligence émotionnelle.

Remplacer et former

Autre spécificité du département IT, la rapidité à laquelle la technologie évolue. Un phénomène que soulignent également les CIO interrogés. Alors que vous avez peut-être besoin aujourd'hui d'un développeur Ruby on Rails, vous pourriez très bien rechercher l'an prochain un expert en langage R pour prendre en charge vos 'big data'. Ainsi, 67% des CIO de l'enquête précisent que les nouvelles technologies bouleversent en profondeur la nature du travail de leurs équipes.

Pour trouver les personnes capables de maîtriser chaque fois les nouvelles technologies, 51% des CIO recrutent du personnel temporaire. Tandis que 43% envisagent de former leur personnel en place. Toutefois, 83% précisent qu'il s'agit d'un défi majeur que de former/recycler leurs effectifs. A noter que 73% ont augmenté leurs budgets de formation ces 2 dernières années.

Le Guide des salaires est basé sur diverses enquêtes. Ainsi, Robert Half a interrogé 968 collaborateurs belges sur leurs exigences salariales. Par ailleurs, le bureau a consulté 204 CIO belges sur les défis spécifiques dans le secteur IT.

Compétences techniques les plus demandées

- Systèmes ERP : SAP, Microsoft AX

- Gestion des données et outils de business intelligence : QlikView, Business Objects, MS Power BI, Tableau

- Langages de programmation : .NET, Java

- IT project management skills : Prince2, Agile, Scrum

- Compétences en analyse commerciale et fonctionnelle

- Business and functional analyst

Profils IT les plus demandés

- IT-coordinator

- Business intelligence

- IT security

- Software development