Le plan Coordinate My Care (CMC) a été mis au point en 2010 par la professeure Julia Riley. Cette spécialiste en soins palliatifs s'est forgé une solide expérience, notamment suite à la mort de sa jeune belle-soeur. " Celle-ci avait 32 ans lorsque le diagnostic est tombé : elle souffrait d'un mélanome métastatique [une forme de cancer de la peau métastasé, NDLR]. Elle a souhaité rester chez elle les derniers mois auprès de ses 4 enfants, mais chaque fois que la douleur était trop forte, mon frère devait appeler les services d'urgence pour l'emmener à l'hôpital. Et à chaque fois, elle devait réexpliquer sa situation avant de recevoir des soins. "
...

Le plan Coordinate My Care (CMC) a été mis au point en 2010 par la professeure Julia Riley. Cette spécialiste en soins palliatifs s'est forgé une solide expérience, notamment suite à la mort de sa jeune belle-soeur. " Celle-ci avait 32 ans lorsque le diagnostic est tombé : elle souffrait d'un mélanome métastatique [une forme de cancer de la peau métastasé, NDLR]. Elle a souhaité rester chez elle les derniers mois auprès de ses 4 enfants, mais chaque fois que la douleur était trop forte, mon frère devait appeler les services d'urgence pour l'emmener à l'hôpital. Et à chaque fois, elle devait réexpliquer sa situation avant de recevoir des soins. " Tout aurait pu aller plus vite si la communication avait été meilleure, estime Riley. " Ma belle-soeur a été bien soignée, tant par son médecin de famille que par les spécialistes. Mais lorsqu'un problème se posait le week-end ou la nuit, elle était confrontée à des personnes qui ne connaissaient pas son historique et le diagnostic. Pourquoi toutes ces informations n'étaient-elles pas partagées ? ", s'interroge-t-elle. Riley a alors lancé son plan CMC en collaboration avec du personnel soignant, des médecins et des spécialistes en soins palliatifs. " Dans un premier temps, nous avons imaginé de travailler par fax qui serait envoyé à l'hôpital et aux médecins. Et cela a bien fonctionné, mais au moment où le fax était envoyé, la situation avait déjà changé. Nous avons donc rencontré le NHS [les services britanniques de la santé, NDLR] pour leur demander leur soutien afin de numériser le processus. " Le système actuel est à base Web, ce qui permet à tout service qui en a besoin, même mobile, de consulter directement l'information. C'est ainsi que l'ambulancier qui transporte un patient avec un CMC sait que la personne doit prendre certains antidouleurs, ce qu'il faut faire en cas d'hémorragie, etc. Le formulaire proprement dit a été établi sur base de l'expérience de spécialistes cliniques. " Pour les médecins de famille, il s'agit là de discussions délicates à mener avec leurs patients. Il est question de réanimation, de décès. Pour leur part, les pathologistes savent comment aborder de tels sujets. Pour le médecin de famille, ce formulaire est une 'feuille de route' qui lui garantit une certaine certitude. " Le système est construit sur l'Urgent Care Manager du spécialiste des soins de santé numériques InterSystems. " Health Share est une plate-forme commune, précise Riley. Et InterSystems garantit que les hôpitaux qui collaborent au plan soient connectés au CMC. " Au Royaume-Uni, quelque 60.000 patients disposent d'un tel plan, essentiellement dans la région de Londres et prochainement aussi dans les Cornouailles. Par la suite, le plan sera étendu à d'autres patients nécessitant des soins urgents, dont les personnes souffrant de démence et les patients atteints de mucoviscidose.