Ce genre de start-up va de pair avec ce qu'on appelle la 'disruption' (bouleversement). Pensons par exemple à AirBnB, qui s'oppose complètement au secteur hôtelier 'classique', ou aux démonstrations des chauffeurs de taxi contre Uber. Aux Etats-Unis, quelques jeunes entreprises sont déjà allées plus loin dans ce domaine. Un service tel Venmo, qui effectue des transferts d'argent et qui appartient à PayPal, se met toujours plus souvent à remplacer les virements bancaires. Et aux Pays-Bas, il y a Adyen, la première grande entreprise fintech du Benelux, qui règle les paiements e-commerce, en dehors des sentiers battus. Mais d'une manière générale, cela se passe quelque peu différemment en Belgique. Peut-être est-ce parce que le secteur financier est une donnée complexe ou parce que les entreprises fintech mettent plus de temps à décoller, de sorte que les banques s'y sont préparées. Toujours est-il que la scène fintech dans notre pays repose aujourd'hui apparemment sur la collaboration.
...