" Vous avez intérêt en tant qu'organisme financier à bien maîtriser votre Identity and Access Management ou AIM, explique Maarten Decat, CEO d'Elimity. Savoir qui accède à quelles données est un domaine fortement régulé par les pouvoirs publics. Avec non seulement le récent RGPD, mais aussi les législations spécifiques à chaque pays en la matière. S'y conformer exige une surveillance particulièrement étroite et pas mal de procédures administratives. "
...

" Vous avez intérêt en tant qu'organisme financier à bien maîtriser votre Identity and Access Management ou AIM, explique Maarten Decat, CEO d'Elimity. Savoir qui accède à quelles données est un domaine fortement régulé par les pouvoirs publics. Avec non seulement le récent RGPD, mais aussi les législations spécifiques à chaque pays en la matière. S'y conformer exige une surveillance particulièrement étroite et pas mal de procédures administratives. " Cette administration se fait en général sur la base de simples tableurs Excel qui précisent pour chaque collaborateur le rôle et les niveaux d'accès correspondants. " Très fastidieux et souvent très vite dépassé, croit savoir Decat. Une situation qui nous a intrigués et incités à fonder Elimity. Nous avons développé un outil qui, associé aux données RH, établit d'abord et avant tout un tableau des accès aux données sensibles. Cet entrepôt de données IAM indique avec précision qui possède quelles permissions. En synthétisant rigoureusement ces données, il est ensuite possible de prévoir des règles claires sur qui à quel niveau d'accès. De même, une simple requête permet de déceler les anomalies ou de prévoir une alarme qui avertit lorsqu'une règle est enfreinte. " Emility est conçu comme un logiciel sur-site commercialisé sous un modèle de licences. " En fait, nous aurions aimé proposer le produit sous forme SaaS, mais nous avons constaté que nos clients préféraient garder une telle application sensible à l'intérieur de leur propre parefeu, indépendamment de l'Internet donc. Nous devions donc l'accepter. Le logiciel est de type 'one size fits all' et est dès lors compatible avec le système bancaire interne à l'organisation. L'objectif est de rendre notre outil le plus évolutif possible, ce qui nous permettra de continuer à grandir. " La start-up de Decat a été créée en avril 2017 au départ d'une spin-off de la KU Leuven et a reçu rapidement sa première chance dans le Fintech Village d'ING. " C'est là que nous avons pu développer notre prototype et prouver que notre logiciel fonctionnait, ajoute le fondateur. Très rapidement ensuite, nous avons accueilli Rabobank comme notre premier client, où notre produit fonctionne entre-temps à pleine charge. Nous sommes désormais en discussions avec ING et d'autres banques, sachant que les cycles de vente sont traditionnellement très lents dans le monde financier. " Pourtant, il s'agit là du créneau que vise Elimity. " En tant que start-up, il faut choisir une niche, explique Decat. Même si notre produit est évidemment applicable à n'importe quel secteur traitant des données sensibles. Ainsi, des entreprises médicales ou pharmaceutiques peuvent tout aussi bien s'intéresser à notre produit. Pour l'instant cependant, nous nous en tenons aux banques, d'abord dans le Benelux, puis en Europe occidentale, avec une priorité sur Paris et Londres. De même, nous regardons avec beaucoup d'intérêt la Scandinavie, sachant que le monde bancaire y est plus enclin à s'associer à des start-up si une belle opportunité se présente. Et notre proposition tient la route. Nous sommes d'ailleurs les seuls à proposer ce type de produit. La seule concurrence que nous rencontrons est celle d'entreprises qui ne jurent que par l'ancien système de tableurs. Le défi majeur consiste à les convaincre qu'il y a moyen de travailler de manière plus simple et efficace. " Jusqu'ici, Elimity s'est auto-financée, en s'appuyant durant un temps sur Start It @KBC. Entre-temps, l'entreprise a été lauréate de ce programme et envisage l'avenir. " Fin de cette année, nous voulons lancer notre premier tour de table financier en envisageant le capital-risque. Les premières négociations sont déjà en cours, mais il est prématuré de se prononcer sur l'avancement des discussions. "