Comment l'informatique de Degroof Petercam a-t-elle évolué ces dernières années?
...

Comment l'informatique de Degroof Petercam a-t-elle évolué ces dernières années? YVAN PIRENNE: Comme son nom l'indique, le groupe Degroof Petercam est issu de la fusion en 2015 entre Degroof et Petercam. A cette époque, l'impératif était d'assurer une intégration IT rapide afin de supporter la fusion des métiers. C'est ce qui a été réalisé avec succès, une opération finalisée fin 2016. Je dois insister sur le niveau de professionnalisme très fort des équipes ainsi que sur la fidélité des collaborateurs à l'organisation. En résumé, la fusion s'est bien déroulée et le projet a répondu aux objectifs poursuivis, avec néanmoins une part informatique complexe et un peu datée. Quels sont les grands projets en cours? PIRENNE: Depuis un an environ, nous avons mis en place un vaste programme de transformation numérique et du métier de la banque, avec l'IT en support de cette transformation. L'ambition de ce projet est double: d'une part, permettre d'adapter notre offre de services de manière plus souple et, d'autre part, faire évoluer les interactions avec nos clients. Il s'agit là d'une dimension particulièrement importante étant donné que Degroof Petercam est un groupe qui se différencie d'un modèle 'retail' et qui s'oriente essentiellement vers les clients B-to-C et institutionnels. Depuis un certain temps dès lors, nous cherchons à modifier notre manière d'interagir avec nos clients, la volonté étant d'avoir des interactions pertinentes et adaptées aux attentes et besoins du client, que ce soit de manière 'phygitale' en associant physique et numérique, ou totalement numérique. Par ailleurs, nous continuons à automatiser nos processus papier et à moderniser notre infrastructure IT, tout en insistant sur la 'data', sur sa qualité et son exploitation maîtrisée et contrôlée. Pour atteindre ces objectifs, nous avons lancé quatre grands chantiers. D'abord, la modernisation de l'infrastructure IT, avec migration et centralisation des plateformes vers l'infrastructure de Proximus Luxembourg. Jusqu'à présent, l'infrastructure IT était gérée en interne, mais la nécessité de disposer d'un outil de gestion stable, fiable et tournant en 24/7, sans parler des aspects de réduction des coûts grâce notamment à la mutualisation, et de gestion des risques, nous a convaincus d'opter pour Proximus Luxembourg. Il s'agit d'un cloud privé répondant aux critères les plus stricts en matière de sécurité et de confidentialité. En outre, nous avons fait le choix d'un partenaire de proximité et de taille comparable à la nôtre qui nous offre les compétences et les économies d'échelle attendues. Ensuite, nous venons de choisir notre logiciel 'core application system' dans le cadre de notre approche SaaS. Il s'agit de la solution d'Avaloq. Le choix a été justifié par plusieurs raisons, dont les fonctionnalités, la vitesse et l'agilité, ce qui nous offre des avantages à long terme au niveau des coûts tout en réduisant de manière significative la complexité de l'architecture applicative héritée et de garantir une conformité régulatoire intégrée. Cette plateforme SaaS ultra-sécurisée permet à Degroof Petercam de focaliser ses ressources sur la croissance, de même que sur l'innovation, de nouveaux modèles commerciaux et le développement de notre canal. Je précise que notre volonté est et reste de conserver en interne une grande maîtrise des connaissances fonctionnelles du produit. Cela étant, le 'core banking system' n'est désormais plus l'élément différenciateur sur le marché. Alors que les deux premiers projets visent la mutualisation, deux autres programmes mis en place seront eux vraiment différenciateurs. D'une part, le Web, le mobile et le phygital dans la gestion des relations clients et, d'autre part, la gestion et le traitement de la donnée, l'ambition étant de contrôler et d'analyser les données le plus intelligemment possible. Le fil rouge de tous ces projets est la gestion du changement. Le numérique transforme en effet notre manière de travailler, ce qui est encore plus vrai avec le Covid-19, et il appartient aux équipes de faire évoluer les processus, d'améliorer les analyses et de mieux exploiter les données. Précisons que nous privilégions un cloud très contrôlé et pas pour les données confidentielles. En revanche, le cloud n'est pas un tabou en soi: pour les tests et l'acceptance, nous avons choisi le cloud qui nous offre la flexibilité voulue. Comment évoluent vos équipes? PIRENNE: Nous avons déjà mis en place des méthodes de travail agiles et procédons au repositionnement de l'informatique qui doit devenir un assembleur, un intégrateur de solutions et de services. C'est ainsi que nous développons un nouveau 'front-end' avec des partenaires. De même, nous faisons appel à des fintechs pour concevoir de nouveaux services et produits. A titre d'exemple, nous développons aujourd'hui une nouvelle solution bancaire en collaboration avec une fintech dont nous intégrons l'API. Nous ne sommes donc nullement en concurrence avec ces fintechs et si un de leurs produits fait sens, nous l'intégrons en assurant la gestion opérationnelle de bout en bout. A terme, l'ambition est d'assurer la responsabilité de l'ensemble de l'architecture, du fonctionnel et de l'opérationnel de bout en bout car nous sommes 'accountables' par rapport à nos clients internes. Et quand je parle d'intégration, il ne s'agit pas uniquement d'API techniques. Autres volets importants: la sécurité et la gestion des données. Bref, la mission de l'IT interne de Degroof Petercam est d'assurer la mise en oeuvre d'une solution ou d'un service 'end-to-end' ainsi que son évolution. Dans ce contexte, l'accompagnement au changement revêt une importance particulière. Alors que le Covid-19 avait incité à mettre l'accent sur le court terme, il convient désormais de revenir à un nouvel équilibre entre vies privée et professionnelle, de redéfinir le pourquoi du travail sur site, même si le support technique interne a été très bien pris en charge durant cette période. Et sur le long terme, il faudra trouver au sein du département IT un nouvel équilibre entre les compétences techniques pures et les profils plus fonctionnels, liés notamment aux données, au Web et au mobile. Qu'en est-il des budgets IT? PIRENNE: Compte tenu des projets en numérique évoqués ci-dessus, il est évident que nous sommes temporairement en phase d'investissement sur 2 à 3 ans environ. En parallèle, nous continuons à optimiser les coûts de fonctionnement, notamment grâce à la mutualisation des ressources et au cloud. De même, nous déphasons progressivement les systèmes plus anciens et datés pour mettre en place une architecture plus souple. Cela étant, ces économies de coûts ne doivent nullement se faire au détriment de la qualité opérationnelle. Comment l'IT est-elle perçue par la direction générale? PIRENNE: Chez Degroof Petercam, l'IT est placée très haut à l'agenda du comité de direction. Il existe une prise de conscience très forte de l'importance de faire les bons choix. Cela dit, le but n'est évidemment pas de faire de l'informatique pour l'informatique, mais de réaliser les investissements nécessaires pour faire évoluer le métier et améliorer le service, ce qui exige pédagogie, transparence et confiance. Pour Degroof Petercam, la transformation numérique vise donc trois priorités: supporter les interactions adaptées et pertinentes avec les clients, automatiser les processus standards, et mettre en place des interactions modernes entre collaborateurs.