Une entreprise qui, en 2018, conseille ses clients en matière de cloud ? Cela existe, insiste d'emblée Ludo van Baelen, cofondateur et directeur général de GMI group. " Il ne s'agit pas seulement du cloud, mais de la location de logiciels. Si l'on regarde la situation générale, certainement dans les entreprises de taille moyenne que nous ciblons, force est de constater que de nombreuses questions restent posées sur le modèle de location. Avec certains clichés comme : est-ce sécurisé ? comment m'assurer que d'autres n'auront pas accès à mes données ? qu'en est-il des mises à niveau ? "
...

Une entreprise qui, en 2018, conseille ses clients en matière de cloud ? Cela existe, insiste d'emblée Ludo van Baelen, cofondateur et directeur général de GMI group. " Il ne s'agit pas seulement du cloud, mais de la location de logiciels. Si l'on regarde la situation générale, certainement dans les entreprises de taille moyenne que nous ciblons, force est de constater que de nombreuses questions restent posées sur le modèle de location. Avec certains clichés comme : est-ce sécurisé ? comment m'assurer que d'autres n'auront pas accès à mes données ? qu'en est-il des mises à niveau ? " Il se révèle donc utile d'informer davantage le client, surtout que GMI group propose différentes formules. Au départ en 2005, l'entreprise était spécialisée dans le support du logiciel ERP Navison, entre-temps racheté par Microsoft. Depuis le début de l'année, Microsoft a regroupé une grande partie de ses applications d'entreprise sous la bannière Microsoft Dynamics 365. Ces applications sont commercialisées via une plate-forme SaaS (Software-as-a-Service) avec une (petite) partie sur site. " Nous sommes devenus un fournisseur de logiciels et de services. Mais nous proposons toujours plus de services ", précise van Baelen. Ces services s'adressent surtout au secteur de la construction et de l'installation ainsi qu'aux entreprises actives dans le commerce et la logistique. Dans ces domaines, la location de logiciels continue à progresser, note van Baelen. " La vente de logiciels hébergés et cloud commence même à dépasser celle des solutions sur site. C'est d'ailleurs aussi le cas chez nos clients. La majorité des nouveaux clients achète désormais ses logiciels selon une formule d'abonnement. Ceux-ci louent donc le logiciel qu'ils installent sur leurs propres serveurs ou qu'ils hébergent dans un centre de données. " Reste que la location implique une tout autre stratégie que la vente de logiciels. A présent que Microsoft propose son Dynamics 365, les modules ERP et CRM de sa solution professionnelle, selon un modèle SaaS, les partenaires qui commercialisent ce logiciel sont impactés, souligne Paul Faes, business applications lead chez Microsoft. " Nous avons des partenaires fidèles qui faisaient autrefois toutes sortes de personnalisations des applications d'entreprise. Mais les choses changent. " En effet, les partenaires doivent développer des 'add-ons' sur la plate-forme cloud elle-même. Ce qui nécessite une approche différente, fait remarquer Ludo van Baelen. " Les entreprises de taille moyenne préfèrent toujours leur propre logiciel. Ces dernières années, il était par exemple impossible que la version standard de Microsoft Dynamics NAV supporte tous les processus organisationnels d'une entreprise de construction. On y est en effet confronté à des relevés de mesure, du suivi de chantier ou encore des obligations légales typiques au secteur de la construction. Bref, toutes sortes de fonctionnalités qui ne se trouvaient pas en standard dans le logiciel. " GMI group propose donc son propre 'add-on' certifié et spécifiquement conçu pour le secteur de la construction et de l'installation. Dans Dynamics 365 Business Central, les personnalisations se font via les Power Apps, un logiciel cloud de Microsoft permettant d'intégrer des fonctionnalités supplémentaires. " Les 'millenials' ont une vision de l'achat ou de la location de logiciels d'entreprise. Ils y voient une sorte de boutique d'applis où il est possible de télécharger des applications sans devoir se demander si des adaptations seront encore nécessaires.