ML2Grow est une 'spin-off' de l'Université de Gand et d'imec. L'entreprise est implantée à Zwijnaarde et emploie 7 collaborateurs. Invibes Advertising - concepteur belge d'annonces 'in-feed' - est actionnaire majoritaire. "La Flandre est à la pointe en intelligence artificielle, estime son CEO Joeri Ruyssinck. La recherche scientifique en la matière y est particulièrement dynamique. Reste à mettre ces travaux en pratique. Telle est l'ambition de ML2Grow."
...

ML2Grow est une 'spin-off' de l'Université de Gand et d'imec. L'entreprise est implantée à Zwijnaarde et emploie 7 collaborateurs. Invibes Advertising - concepteur belge d'annonces 'in-feed' - est actionnaire majoritaire. "La Flandre est à la pointe en intelligence artificielle, estime son CEO Joeri Ruyssinck. La recherche scientifique en la matière y est particulièrement dynamique. Reste à mettre ces travaux en pratique. Telle est l'ambition de ML2Grow." Voici 2 ans, Roularta et la VRT - en collaboration avec l'UGent, la VUB, imec et ML2Grow - ont lancé un projet de promotion du journalisme de haut niveau grâce à l'innovation. A l'instar des fameux 'recommender engines' de bol.com ou de Netflix? "Absolument pas, rétorque Joeri Ruyssinck. Car de tels moteurs induisent le risque de 'filter bubble'." En fait, celui qui achète des chaussettes en ligne ne se voit proposer que d'autres modèles de chaussettes. "Les systèmes classiques ont leurs limites. C'est ce que nous voulons améliorer. Par ailleurs, il faut savoir que le lecteur ne veut pas forcément toujours l'actualité de la même manière." La solution ultime consiste à faire produire par les journalistes du contenu sur-mesure pour chaque lecteur individuel. Or cette approche est évidemment presque impossible, même s'il s'agit de l'idée de base de la solution de ML2Grow. "Le point de départ consiste à scinder le processus complet en plus petits éléments, note Joeri Ruyssinck. D'où le nom du projet: NewsTapas. "L'application d'IA consolide la sélection d'éléments en fonction du contexte du consommateur." La solution intègre donc par défaut l'ensemble des éléments. C'est ainsi que sur un trajet de retour du travail en métro, l'actualité peut prendre la forme de petits messages 'push', tandis qu'un dimanche matin, il s'agira d'un article de fond. "Aujourd'hui, l'IA permet en principe de tout résoudre, estime Joeri Ruyssinck. Ce n'est pas la technologie qui représente un défi, mais bien l'idée. Plus l'idée sera poussée, plus la solution d'IA sera performante." En prenant comme point de départ Newstapas, ML2Grow a mis au point une solution qui se comporte plutôt comme un moteur d'adaptation de contenu que comme un 'recommandeur' classique. "Il est important en l'occurrence de faire la distinction entre sujet et contexte. Grâce à une enquête auprès des utilisateurs, nous connaissons les désirs des lecteurs, ce qui nous a permis d'aiguiller le développement. C'est ainsi qu'une étude nous a permis de savoir que lorsqu'un lecteur attend son train et qu'il a 5 minutes, il veut lire quelque chose qui lui prendra exactement 5 minutes." Depuis la mi-octobre, la VRT a mis en production l'appli NewsTapas auprès d'un public-test. L'appli prend en compte l'heure du jour, l'appareil utilisé et la durée de lecture estimée des articles. "L'utilisateur peut choisir l'article synthétique, l'article plus étoffé ou l'article complet, poursuit Ruyssinck. Le système prend sciemment les suggestions au sens large pour éviter le filtre de 'filter bubble'." Pour sa part également, Roularta a lancé une initiative similaire. Finalement, deux applis séparées seront mises en place sur la base du même cadre intelligent, chacune avec ses propres données. Ces applis présagent-elles une nouvelle forme de journalisme? Difficile à dire, même si la technologie changera la manière dont le contenu journalistique sera livré au lecteur ou au spectateur. "Les médias classiques constatent qu'ils ont des difficultés à toucher des groupes-cibles spécifiques, comme les jeunes, conclut Joeri Ruyssinck. Or l'IA devrait permettre de répondre à ce type de problématique." L'idée sous-jacente est de permettre à la technologie d'élargir la cible, notamment en réutilisant les contenus existants pour générer à chaque foi de nouveaux articles en fonction du profil, de l'appareil et du contexte."