En tant que fournisseur mondial de services IT, NTT est bien placée pour analyser le marché. D'où son rapport 'Future Disrupted: 2021' qui formule différentes prévisions pour les prochaines années. Le rapport offre aux entreprises un fil rouge pour les entreprises désireuses de tirer profit des dernières technologies, même s'il est clair que toutes les tendances mises en lumière ne s'imposeront pas forcément dans toutes les entreprises de notre pays.
...

En tant que fournisseur mondial de services IT, NTT est bien placée pour analyser le marché. D'où son rapport 'Future Disrupted: 2021' qui formule différentes prévisions pour les prochaines années. Le rapport offre aux entreprises un fil rouge pour les entreprises désireuses de tirer profit des dernières technologies, même s'il est clair que toutes les tendances mises en lumière ne s'imposeront pas forcément dans toutes les entreprises de notre pays. NTT distingue 5 grandes tendances technologiques de rupture, mais n'en attend un véritable impact qu'à un peu plus long terme, après 2021. Ces tendances promettent notamment des améliorations sur le plan de la sécurité, de la croissance durable et de la baisse de la pression sur l'environnement, tout en induisant de nombreux défis, surtout en matière de cybersécurité, sans oublier l'impact de la robotisation, de l'apprentissage machine et de l'intelligence artificielle. "Ces tendances ne font que renforcer à court terme l'urgence de la transformation numérique dans les entreprises, estime Robin Joncheere, VP Go-to-Market chez NTT Belgium. Désormais, la transformation numérique n'est plus un choix, mais une obligation. L'entreprise se doit de construire aujourd'hui les fondations de demain. Migrez donc vers le cloud si ce n'est pas encore fait. Regardez ce que vous devez basculer dans le cloud public et dans le cloud privé. Investissez dans l'automatisation. Plus vite vous réagissez, plus vous serez en mesure de surfer dans le futur sur les tendances qui se profilent aujourd'hui au loin." Les APN créent un environnement de communication durable et particulièrement économe en énergie. "Du fait de son énorme consommation d'énergie, le secteur IT est un grand pollueur", insiste Robin Jonckeere. Les APN s'appuient sur la fibre optique et le câblage hybride. Ils ne consomment qu'un pour cent de l'énergie nécessaire à un réseau classique. "L'impact sur l'environnement est donc positif. Dans le même temps, l'APN offre un débit élevé et une faible latence, sans perte de qualité. Cette technologie sera déployée dans les infrastructures de communication de prochaine génération de centre de données." Une gestion centralisée et une affectation flexible des ressources IT facilite l'intégration de différentes interfaces, comme la voix, la vidéo ou le signal d'entrée provenant d'applications IoT. "Cette évolution va de pair avec la première tendance, estime Robin Joncheere. Interconnecter des équipements optiques et transmettre des données sont un premier pas vers un environnement cognitif. Nous allons passer du connecté à l'intelligent. L'étape suivante sera le cognitif." Cette 'cognitive foundation' donne une nouvelle dimension à l'IoT. NTT planche à ce niveau sur un projet pilote pour une ville belge: l'idée d'une ville intelligente, mais qui va un pas plus loin. "Supposez qu'il soit possible de rendre cognitif le centre administratif d'une ville. Ce centre pourrait rester ouvert plus longtemps sans que le personnel ne doive être présent. Il se régule lui-même. Le conditionnement d'air d'un centre commercial détecte automatiquement s'il fait trop chaud et enclenche l'air froid en tenant compte de la température désirée, mais aussi de la durée durant laquelle le centre doit encore rester ouvert. Et si le centre ferme, les portes sont automatiquement fermées." Le DTC offre la possibilité de tester différents scénarios en copiant, combinant et échangeant à loisir des jumeaux numériques d'objets. Ces informations peuvent être intégrées dans toutes sortes d'applications, comme les systèmes de prévision du trafic ou peuvent permettre de faire des prévisions plus précises dans les soins de santé. "L'informatique 'digital twin' est appliquée à grande échelle dans les moteurs de navires et d'avions, explique Robin Joncheere. Un problème se pose lorsqu'un avion est en vol? Il est possible de résoudre le problème à distance sans l'intervention d'un technicien. Il s'agit là de l'exemple le plus tangible. Mais cette tendance est également appelée à un avenir prometteur dans la médecine. Si vous souhaitez analyser l'impact d'un médicament sur le coeur durant une phase de test, il vaut mieux intervenir sur le jumeau numérique du coeur plutôt que sur le vrai coeur." Grâce aux plateformes 'low code' et 'no-code', tout un chacun peut en principe créer ses propres applications d'entreprise. Ces plateformes constituent pour les entreprises des outils importants de différenciation. L'approche 'citizen developer' se fonde en l'occurrence sur la RPA (robotic process automation) pour automatiser différents processus organisationnels. Dès lors, les collaborateurs peuvent consacrer plus de temps à des tâches apportant une véritable valeur ajoutée. "C'est la démocratisation du logiciel, précise Robin Joncheere. Cette tendance impactera la relation classique entre le métier et l'IT. Il conviendra dans ce cadre de bien prendre en compte les risques liés à l'automatisation afin qu'une application ne puisse pas être développée par n'importe qui. Le 'workforce planning' jouera un rôle important à cet égard, tout comme la sécurité. Nous devrons mettre en place des stratégies de données rigoureuses afin de minimiser les risques." Le traitement des données se fait de plus en plus en bordure du réseau - l''edge' - plutôt que dans un cloud central. "Le cloud induit une certaine latence, précise Robin Joncheere. Entendez un certain retard dans l'envoi et la réception de données. L''edge computing' évite cette latence puisque le traitement se fait en local." "Cette différence peut se révéler extrêmement cruciale, notamment pour les véhicules autonomes. La fraction gagnée par rapport au cloud lors de la transmission et la réception de données fait la différence entre freiner à temps et provoquer un accident." Cette évolution vers l'edge computing' se fait en outre en parallèle avec le déploiement du réseau 5G. "La réalité de l''edge computing' est en tout cas moins lointaine que celle de l'informatique quantique, conclut Robin Joncheere. Si l'on considère l'informatique quantique comme un double marathon, nous n'avons encore couru que 2 ou 3 km."