Personne ne sera poursuivi dans l'affaire d'espionnage au SPF Intérieur en mai 2014. Pour rappel, un virus avait touché des milliers de diplomates dans leur travail durant plusieurs mois. Selon De Tijd, il n'y a pas suffisamment de preuves pour intenter une action en justice.