Du fait des sanctions imposées cet été par le gouvernement Trump au Venezuela, aucune entreprise américaine n'est encore autorisée à livrer des services ou des produits. Début octobre, Adobe annonçait dès lors qu'elle n'exporterait plus aucun logiciel. En d'autres termes, les clients ayant un abonnement à Creative Cloud (qui comprend notamment Photoshop, InDesign, Premiere, Illustrator et d'autres d'applications) n'auraient plus accès à ces logiciels, même s'ils avaient déjà payé pour leur utilisation.

Plus tard dans le mois, après de vives protestations et concertation avec l'administration américaine, Adobe précisait qu'elle continuerait toutefois à proposer ses services.

De son côté également, Oracle a fait le même type d'annonce. L'éditeur n'acceptera plus aucun nouveau client et ne commercialisera plus aucune solution via ses partenaires locaux. Toutefois, elle examinera les contrats en cours au cas par cas. Rien n'indique pour l'instant qu'elle recevra une dérogation de la part des Etats-Unis.