Reste que la PME est loin de considérer la connectivité comme allant de soi. " La connectivité est la condition première de la numérisation, estime Danielle Jacobs, CEO de Beltug, l'association belge des CIO et des leaders numériques. Sans réseau, votre entreprise n'est nulle part. Il est donc essentiel que la PME y attache l'importance nécessaire. " Le recours croissant aux applications cloud a d'ailleurs rendu cette nécessité d'une connexion réseau performante encore plus vitale. De même, la crise du coronavirus - et donc surtout l'explosion soudaine du télétravail - a mis l'importance d'un réseau disponible, performant et fiable encore plus en évidence.
...

Reste que la PME est loin de considérer la connectivité comme allant de soi. " La connectivité est la condition première de la numérisation, estime Danielle Jacobs, CEO de Beltug, l'association belge des CIO et des leaders numériques. Sans réseau, votre entreprise n'est nulle part. Il est donc essentiel que la PME y attache l'importance nécessaire. " Le recours croissant aux applications cloud a d'ailleurs rendu cette nécessité d'une connexion réseau performante encore plus vitale. De même, la crise du coronavirus - et donc surtout l'explosion soudaine du télétravail - a mis l'importance d'un réseau disponible, performant et fiable encore plus en évidence. " En fait, la situation est très simple, considère Danielle Jacobs. La connectivité doit toujours être disponible. D'où l'importance de prévoir une deuxième connexion, par exemple via la 4G. " D'ailleurs, les PME n'ont en général pas de spécialiste réseau en interne. Dès lors, elles ont tout intérêt à disposer d'une connectivité simple, mais fonctionnelle. " Ce constat va à l'encontre de l'évolution actuelle du marché, fait remarquer Danielle Jacobs. Car un nombre croissant de PME déploient des caméras, des capteurs, etc. Du coup, la complexité de leur trafic réseau augmente inévitablement. " Dans ce contexte, la sécurité devient un point d'attention toujours plus important, surtout avec le mobile. " La sécurité réseau bénéficie désormais de la priorité la plus élevée, alors que la PME en arrive à oublier que même le smartphone est une cible potentielle. " Par ailleurs, la PME préfère une gestion transparente de ses contrats. C'est ce que confirme une enquête de Beltug organisée en collaboration avec Proximus, Telenet, Orange, Verizon et NTT. Les résultats montrent que les PME choisissent de confier leur connectivité fixe et mobile à un seul prestataire. Beltug recommande à cet égard de ne pas renouveler tacitement un tel contrat d'année en année. " Il est important d'en assurer le suivi, recommande Danielle Jacobs. Car tant l'offre des fournisseurs que les besoins de l'entreprise évoluent. Il est donc indispensable de réexaminer son contrat au moins une fois par an afin qu'il continue à bien correspondre aux besoins. " Le télétravail a incontestablement mis en lumière un certain nombre de questions. Et notamment l'utilisation par l'employé de son propre smartphone ou ordinateur portable sur une connexion internet privée, alors que ce type de connexion n'est pas forcément toujours prévue pour la visioconférence ou le trafic lourd notamment. Et quid des collaborateurs qui disposent certes d'un smartphone de leur employeur, mais qui ne bénéficient pas d'une bonne réception 4G à la maison - typiquement dans un nouvelle construction très isolée. Danielle Jacobs: " Certes, il existe des solutions à ce niveau, mais un cadre clair fait souvent encore défaut. " Pour le bon fonctionnement et la réputation professionnelle de la PME, il est cependant très important que ses collaborateurs puissent disposer à la maison également d'une bonne connectivité et d'équipements de qualité. " Une politique de télétravail est indispensable, pense Danielle Jacobs. Certes, il a fallu faire très vite à cause du coronavirus, mais le temps est désormais venu de formaliser les accords établis. " De même, le volet fiscal ne devrait pas être oublié, plus précisément lorsque la PME décide d'octroyer à ses employés une compensation pour l'utilisation de leurs propres appareils ou une intervention dans leur abonnement télécom. " Le noeud du problème est en effet qu'il faut toujours être en ligne ", confirme Joachim Lauwers, 'chief product officer' de Destiny, un fournisseur de solu- tions de communication cloud ciblant expressément les PME. Selon lui, deux éléments sont essentiels à cet égard: la redondance et la sécurité. " Nous travaillons tous toujours plus dans le cloud, ce qui nous rend fortement dépendants de la connectivité existante. Il s'agit purement et simplement de continuité d'activité: sans connexion, les collaborateurs n'ont pas accès au courrier électronique, à la comptabilité, au planning, etc. " Pour une PME classique belge - une entreprise avec un seul siège, une vingtaine de collaborateurs et diverses applications standards -, une connexion professionnelle classique via VDSL ou coax suffit. " Le problème est que les applications critiques doivent être rapidement et toujours disponibles ", note Joachim Lauwers. La fibre optique est-elle un must? " Pas forcément, réagit Joachim Lauwers. Tout dépend évidemment surtout des besoins en termes de capacité et de performances. " En d'autres termes, celui qui développe des jeux sur une plateforme en ligne ne pourra sans doute pas se passer de la fibre optique. Mais celui qui travaille en ligne dans un progiciel comptable ne trouvera que peu de plus-value dans la fibre. " Reste que si la fibre optique passe dans votre rue, vous avez évidemment intérêt à profiter de l'occasion pour franchir le pas. Car même si vous êtes aujourd'hui à l'aise avec le VDSL ou le coax, il se peut que ce ne soit plus le cas d'ici 10 ans. La fibre optique est incontestablement la solution d'avenir. " Reste que même si l'on recourt à la fibre optique, il faut toujours prévoir une solution de secours. Pour les clients Destiny, il s'agit souvent de la 4G. La sécurité constitue un autre point d'attention. " Autrefois, un pare-feu suffisait, derrière lequel chacun se retranchait, indique Joachim Lauwers. Mais ce concept a fait son temps. Aujourd'hui, les employés utilisent des applications dans le cloud via leur réseau domestique. S'ils sont infectés et se connectent ensuite sur le réseau d'entreprise, ils introduiront le maliciel dans toute l'organisation. " Dès lors, une politique de sécurité applicable partout se révèle indispensable: au bureau, à la maison et en déplacement. " Nous constatons que les PME se posent des questions à ce sujet, mais qu'en général, la sécurité reste souvent négligée. Chez Destiny, il s'agit d'un élément essentiel de notre offre. " Pour un fournisseur télécom, la sécurité représente une opportunité supplémentaire de vendre des services supplémentaires. Mieux encore: la PME est en général elle-même demandeuse à ce niveau, ceci dans un souci de simplicité. " La PME préfère confier l'ensemble de sa connectivité à un interlocuteur unique ", croit savoir Joachim Lauwers. Du coup, le choix de ce fournisseur est bien sûr d'autant plus important. " Si elle ne fait pas partie du coeur de métier de la PME, la connectivité n'en est pas moins essentielle à son bon fonctionnement. " Dès lors, la PME doit veiller à disposer par contrat de conditions de service adéquates. " Une intervention le jour ouvrable suivant? Ce n'est aujourd'hui plus acceptable. Un problème doit être résolu dans la demi-journée. Veillez dès lors à ce que cet SLA soit indiqué explicitement dans votre contrat. " Si la PME ne parvient pas à définir clairement ses besoins - ou les clauses de son contrat télécom - , l'intervention d'un conseiller peut se révéler intéressante. " Celui-ci posera les bonnes questions, insiste Jelle Voet, 'service delivery coordinator' chez EASI. Les fournisseurs prennent en général leur portefeuille comme point de départ plutôt que les besoins de la PME. " Pourtant, le concept 'one size fits all' n'est pas forcément pertinent. " De très nombreux facteurs entrent en jeu, précise Jelle Voets. La PME a-t-elle un ou plusieurs sites, combien de télétravailleurs compte-t-elle, quelle est la bande passante nécessaire en fonction de telle ou telle application, la PME peut-elle prendre en charge elle-même son réseau, quels SLA souhaite-t-elle, etc.? " Difficulté supplémentaire: tant les besoins de la PME que l'offre du secteur télécom évoluent rapidement. " Il n'est dès lors pas toujours facile pour la PME de gérer correctement ses contrats. Il ne s'agit en effet pas d'un exercice unique, mais d'une opération qu'il faut réexaminer et ajuster régulièrement. " EASI intervient comme interlocuteur unique, ce que privilégient de nombreuses PME. " Non seulement pour la connectivité proprement dite, mais aussi pour les solutions en matière de communications unifiées, précise encore Jelle Voet. Face à la hausse du télétravail, nombre de PME se sont tournées vers un PBX dans le cloud, Office 365 et Teams. " Autant de solutions qui évoluent facilement avec la croissance des besoins de la PME. " Il s'agit d'ailleurs là sans doute de la différence majeure par rapport à autrefois, conclut Jelle Voet. Le cloud offre une plus grande pérennité, alors même que la demande de connectivité est en augmentation. C'est pour cette raison qu'il est important que la connectivité bénéficie de l'attention qu'elle mérite. "