Plus besoin de rappeler qu'au cours des deux dernières années, nous avons planifié davantage de réunions et d'appels par vidéo ainsi que de 'chats' que durant toute notre carrière. Dans un premier temps, nous avons utilisé pour ce faire les outils existants dans l'environnement professionnel. Cette évolution s'est traduite par ailleurs par un effet de levier concernant des outils supplémentaires de planification de réunions ave...

Plus besoin de rappeler qu'au cours des deux dernières années, nous avons planifié davantage de réunions et d'appels par vidéo ainsi que de 'chats' que durant toute notre carrière. Dans un premier temps, nous avons utilisé pour ce faire les outils existants dans l'environnement professionnel. Cette évolution s'est traduite par ailleurs par un effet de levier concernant des outils supplémentaires de planification de réunions avec des clients, des partenaires, des fournisseurs ou des contacts extérieurs. A la question posée dans notre enquête ICT Guide de savoir si la pandémie avait eu un impact sur l'utilisation d'outils de collaboration en ligne dans l'entreprise, 49% ont répondu tout de go que des outils supplémentaires avaient été mis en place. Et pour près de 5%, un choix a été opéré dans l'entreprise pour un autre fournisseur. Pour 25% des répondants, des investissements supplémentaires ont en outre été réalisés dans des outils de collaboration en ligne au sens large du terme: Google Workspace, Slack, Microsoft Teams et même des services de partage de fichiers comme WeTransfer. Pourtant, payer pour de la collaboration en ligne apparaît comme difficile pour de nombreuses entreprises. A moins que les versions gratuites ne répondent suffisamment aux besoins? Quoi qu'il en soit, 29% des répondants précisent utiliser essentiellement des versions gratuites d'outils de collaboration en ligne. Il s'agit d'un pourcentage assez similaire à celui des répondants qui font appel à des versions payantes. Et pour 21%, il s'agit d'un mix entre versions gratuites et payantes que leur entreprise utilise. Nous avons ventilé les réponses en fonction de la taille de l'entreprise pour nuancer les conclusions. Ainsi, dans le segment des grandes entreprises (plus de 500 personnes), l'utilisation de versions payantes atteint 56%. De même, dans le segment de 200 à 500 personnes et de 50 à 200 personnes, les versions payantes sont sensiblement plus nombreuses que les versions gratuites. C'est dans les plus petites entreprises de moins de 50 personnes que l'inverse est vrai: 37% des entreprises utilisent essentiellement des versions gratuites.