Dans les entreprises, les données sont omniprésentes. Vraiment ? Pas sûr ! Il existe un département largement vierge - faudrait-il parler de résistance ? Ce n'est en effet que ces dernières années que la technologie a conquis le département RH. Un domaine qu'a également décidé de conquérir récemment la louvaniste Allthingsblue. Ses confondateurs Lida Joly et Bart Adams peuvent faire valoir leur expérience dans le domaine des données où ils ont découvert que la diversité était un concept souvent intangible et vague dans le monde des entreprises. Avec leur outil, ils entendent permettre à tout le moins de comprendre cette notion et s'assurer que la politique du personnel est suffisamment diverse.
...

Dans les entreprises, les données sont omniprésentes. Vraiment ? Pas sûr ! Il existe un département largement vierge - faudrait-il parler de résistance ? Ce n'est en effet que ces dernières années que la technologie a conquis le département RH. Un domaine qu'a également décidé de conquérir récemment la louvaniste Allthingsblue. Ses confondateurs Lida Joly et Bart Adams peuvent faire valoir leur expérience dans le domaine des données où ils ont découvert que la diversité était un concept souvent intangible et vague dans le monde des entreprises. Avec leur outil, ils entendent permettre à tout le moins de comprendre cette notion et s'assurer que la politique du personnel est suffisamment diverse. Est-ce donc à ce point important ? Evidemment, estime Joly. " Dans un monde où #BalanceTonPorc a suscité la prise de conscience des entreprises et où l'égalité des chances pour les minorités fait plus que jamais débat, la question de la diversité dans la politique du personnel prend une importance croissante. C'est aussi une demande des 'millennials' qui désirent que l'entreprise pour laquelle ils travaillent portent certaines valeurs. Or force est de constater que les données sur ce thème sont en fait inexistantes : chacun reçoit-il la promotion à laquelle il a droit ? Les collaborateurs sont-ils rémunérés équitablement pour le même travail ? Chacun a-t-il les mêmes chances de se former ? Autant de questions dont les réponses sont souvent données au pifomètre. " Allthingsblue répond à ces questions de la qualité des données grâce à un outil spécifique. " Celui-ci permet de traiter toutes sortes de feuilles Excel de même que des données fournies par un secrétariat social notamment. Sur cette base, il est possible de réaliser des analyses qualitatives sur la gestion de la diversité : comptons-nous suffisamment de femmes ? De personnes provenant de minorités ? etc. Ces données sont ensuite combinées avec une analyse qualitative qui porte notamment sur les personnes qui bénéficient de formations ou sur le site Web afin de savoir comment la communication est faite : toutes les images concernent-elles le traditionnel homme blanc ? Utilise-t-on seulement la langue de ce dernier ? C'est ainsi que nous pouvons vérifier chaque semaine si tel collaborateur a pu donner une présentation, s'il a pu suivre une formation, etc. " En associant toutes ces données et réponses, il est possible de dégager des tendances et d'avoir une vue précise sur les problèmes éventuels rencontrés au niveau de la politique du personnel. Ce qui permet ensuite d'ajuster le tir, précise Joly. " Pour l'instant, des tests sont en cours chez des clients pilotes et l'objectif est de commercialiser l'outil d'ici juillet, confie encore le CEO. En pratique, nous espérons nous lancer directement - et réussir - à l'échelle internationale dans la mesure où il s'agit d'un produit SaaS vendu sur abonnement. Nous avons déjà eu des contacts avec des entreprises américaines et compte tenu du boom du marché 'HR tech', nous sommes confiants dans l'avenir d'Allthingsblue. Nous veillons en tout cas à être très visibles sur toutes sortes de conférences SaaS et de salons RH. C'est ainsi qu'en mars, nous allons à San Francisco, puis ensuite à Paris. " Joly et Adams ont développé eux-mêmes le produit. " Nous y avons mis tout notre temps et toute notre énergie, dont une année sans salaire, soit un investissement de quelque 150.000 ? déjà ", estime Joly. " Par ailleurs, start IT @KBC nous a rapidement pris sous son aile. Nous espérons bénéficier d'ici la fin du 1er trimestre d'un financement d'amorçage de l'ordre de 400.000 ? grâce à l'aide d'un 'business angel' ou d'une société d'investissement. L'ambition est ensuite de décrocher une bourse de recherche VLAIO pour poursuivre notre développement. "